Réformer la France, 1969-1981

par Nicolas Vinci

Projet de thèse en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Jean-François Sirinelli.

Thèses en préparation à Paris, Institut d'études politiques , dans le cadre de Institut d'études politiques (Paris). École doctorale depuis le 01-10-2011 .


  • Résumé

    Cette thèse étudie la notion de réforme comme fil conducteur de la vie politique des années 1970 (entre 1969 et 1981), en France. En effet, cette recherche examine l’hypothèse que la réforme est le concept structurant d’une partie des acteurs du jeu politique de cette décennie. Partant, cette étude s’appuie d’abord sur les discours publics. Il s’agit de comprendre comment le thème de la réforme s’inscrit dans le débat public après la contestation gauchiste de la fin des années 1960 – et la présence parallèle du thème révolutionnaire – et d’en appréhender les postulats idéologiques sous-jacents. Cette étude des rhétoriques de la réforme conduit ensuite à s’interroger sur ses acteurs : leurs milieux d’origine, leurs convictions et leurs stratégies de légitimation face à la crise protéiforme (économique, sociale, morale…) à laquelle ils font face. Enfin, cette thèse mettra au jour la méthode réformatrice. Dans une optique d’analyse des policies, il s’agira d’observer les mécanismes à l’œuvre dans l’élaboration de politiques publiques réformatrices. Ainsi, de la Nouvelle société de J. Chaban-Delmas au libéralisme avancé de V. Giscard d’Estaing, en passant par l’ébauche de Mouvement réformateur de J. Lecanuet et J.-J. Servan-Schreiber, cette thèse se situe à la confluence de l’histoire des idées, des cultures et des sensibilités politiques et de l’histoire de la prise de décision publique, tout en empruntant des grilles d’analyse à la science et à la sociologie politiques. À terme, cela devrait permettre d’envisager la décennie 1970 comme une époque peut-être spécifique de la Vème République, loin de l’image de phase de transition qui lui est encore souvent associée.


  • Pas de résumé disponible.