Les installations artisanales dans le cadre des complexes religieux en Egypte et en Nubie

par Sébastien Maillot

Projet de thèse en Egyptologie

Sous la direction de Dominique Valbelle.

Thèses en préparation à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) depuis le 09-07-2012 .


  • Résumé

    Le temple égyptien antique, bien plus qu’un lieu de culte, est également un centre économique, qui joue un rôle dans la redistribution des biens qu’il produit. Il regroupe des ateliers artisanaux spécialisés dans la préparation des offrandes alimentaires (boulangeries- brasseries, boucheries, cuisines), mais aussi dans la fabrication d’objets en rapport avec le culte (ateliers de sculpture utilisant le bois et la pierre, ateliers de métallurgistes, ateliers de potiers, …). La Nubie possède sur son territoire des complexes cultuels similaires ; ayant eu de multiples contacts avec la civilisation égyptienne, colonisée au IIe millénaire avant Jésus Christ, et possédant une culture propre qui s’est exprimée de manière indépendante au Ier millénaire, cette région apparaît comme une zone de recherche propice aux comparaisons, et à l’évaluation des influences et des échanges dans le domaine de l’artisanat religieux. Le but de cette thèse est de mener une réflexion approfondie sur la place des secteurs de production dans l’organisation des temples, et, par ce biais, d’apporter des précisions sur l’insertion de ces derniers dans l’économie de leur royaume. La recherche entreprendra ainsi l’étude de l’agencement et du fonctionnement des installations artisanales présents dans les complexes religieux. Les évolutions, aussi bien de l’administration en charge des ateliers que les techniques employées par les artisans, seront prises en compte dans une analyse diachronique. À ces fins, différentes sources seront confrontées : les vestiges archéologiques, les sources écrites (inscriptions gravées, documents de comptabilité, matériel sigillaire), l’iconographie cultuelle (peintures, bas-reliefs, statuaire), les résultats d’études pluridisciplinaires (archéozoologie et analyses de matériaux comme le bois et le métal).

  • Titre traduit

    Workshop installations in religious complexes in Egypt and Sudan


  • Résumé

    The ancient Egyptian temple is more than a religious place, in fact an economic centre, which has a role in the redistribution of its manufactured products. It gathers specialized workshops for food offerings (bakeries/breweries, butcheries, kitchens), and for production of objects in relation with the cult (sculpture workshops using wood and stone, metal workshops, pottery workshops, …). In Nubia, similar examples of such religious complexes exist. This region had many contacts with the Egyptian civilization, and was colonized in the second millennium BC. In the first millennium, the local culture grew and expressed itself independently in an extended kingdom. Thus, Nubia appears as a research area favorable for comparisons, and for measuring influences and exchanges in the domain of religious crafts. The aim of this thesis is to bring deep reflection about the place of production areas in temples organization, and, by this way, to try to precise integration of the latter in their kingdom economy. The research will undertake the study of organization and functioning of workshop installations set in religious complexes. The evolutions, as well of administration in charge of workshops, as of techniques used by the craftsmen, will be included in a diachronic analysis. In these perspectives, we will confront sources: archaeological remains, written records (inscriptions, accounts documents, seal evidences), religious iconography (paintings, reliefs, statues), and results of pluridisciplinary studies (zooarchaeology, material analysis).