Ethnomathématique des jeux de semailles dans le sud-ouest de l’océan Indien

par Luc Tiennot

Projet de thèse en Mathématiques

Sous la direction de Dominique Tournès.

Thèses en préparation à La Réunion , dans le cadre de École doctorale Sciences, Technologies et Santé (Saint-Denis, La Réunion) depuis le 01-10-2011 .


  • Résumé

    Les jeux de semailles constituent l'une des plus anciennes activités ludiques de l'humanité. Ils ont été étudiés par André Deledicq et Assia Popova, qui ont montré que ces jeux se répartissent dans toute l'Afrique et le pourtour de l'océan Indien, et appartiennent à deux familles distinctes : les waris, qui se jouent sur un mancala à un cycle, et les solos, qui se jouent sur un mancala à deux cycles. Depuis, si les waris ont été bien étudiés, ce n'est pas le cas des solos. Or, ce sont justement ces derniers qui intéressent notre région, à Madagascar et dans l'archipel des Comores. Nous nous proposons donc d'étudier le katro malgache et le mraha comorien sous trois aspects : a) mathématique (inventaire des règles, phénomènes périodiques et attracteurs, stratégies gagnantes) ; b) informatique (développement d'applications jouant à ces solos) ; c) historique et agronomique (l'étude de ces règles permettra probablement de donner des contraintes de dates sur le double peuplement de Madagascar, africain et indonésien, et informera aussi sur l'organisation sociale et les techniques de plantation au temps du Néolithique en Afrique continentale). Comme toujours en ethnomahématique, cette étude devrait avoir des répercussions dans la formation des enseignants de la zone, de la maternelle à la terminale, et après. Une partie de la thèse y sera consacrée.


  • Pas de résumé disponible.