Une conscience politique entre solitude et solidarité : Albert Camus, Eugène Ionesco et Albert Cohen

par Junko Oishi

Projet de thèse en Littératures française et francophone

Sous la direction de Dominique Carlat.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de 3La - Lettres lingusitique langues et arts depuis le 13-10-2011 .


  • Résumé

    Albert Camus, Eugène Ionesco et Albert Cohen, ces trois écrivains donnent une impression très différente aux yeux du lecteur. Leur carrière et leurs œuvres sont très originales. Certes, on trouve qu’ils ont vécu et ont partagé des moments communs dans l’Histoire du XXe siècle ; dans laquelle chacun a pris sa position propre relative à ses contextes politiques particuliers. Il me semble que tous les trois font face à d’énorme difficulté et ce qui attire mon attention, c’est que chacun devrait être constamment tourmenté et tiraillé entre deux options : Camus entre la France et l’Algérie, Ionesco entre son refus de la Roumanie et son choix de la France, et Cohen entre sa position internationale comme diplomate et son attachement profond au peuple juif. À partir de leur dualité culturelle et politique, ne peut-on pas faire la relecture de ces écrivains ? Pour cette question, je tente d’étudier leur démarche solitaire et leur espérance de solidarité : quel dynamisme se trouve entre solitude et solidarité ? Pourrait-on constater leur conscience politique, en se posant la question d’autrui et de la morale sous une forme universelle ? Si on relit leurs œuvres sous tel angle, ne serait-il pas possible de retrouver leur fort attachement à l’humanité ? Et aujourd’hui, ce serait probablement devenu une réflexion sur l’individualisme qui semble de plus en plus pencher vers l’égoïsme.


  • Pas de résumé disponible.