Une Bohème littéraire italienne : le laboratoire intellectuel des exilés à Turin pendant les années de l'unification (Eugénio Camerini, Francesco De Sanctis, Niccolo Tommaseo, Francesco Dell Re...)

par Romana Sacchi (Brovia)

Projet de thèse en Etudes romanes italiennes

Sous la direction de Andrea Fabiano.

Thèses en préparation à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Civilisations, cultures, littératures et sociétés (Paris) depuis le 11-07-2012 .


  • Résumé

    Pendant les années de l’unification (1848-1861), les Etats Sardes deviennent le seul royaume constitutionnel d’Italie (Mars 1848) et Turin se transforme en « Mecque » des patriotes italiens en quête d’asile, de liberté d’expression, d’opportunités de travail intellectuel. L’arrivée de dizaines de milliers de réfugiés politiques de toutes les régions du pays, rend la ville tout à la fois plus cosmopolite et plus ‘italienne’, les réfugiés favorisant le développement d’un milieu culturel débridé et fertile, propice aux questions culturelles d’ampleur nationale (la question de la langue, le projet d’un canon littéraire, la conception d’un système éducatif national). Parmi les exilés, il y a des personnalités comme Francesco De Sanctis, Niccolò Tommaseo, les frères Bertrando et Silvio Spaventa, qui allaient constituer de manière durable pour l’Italie unifiée des points de repère intellectuels et institutionnels, mais il y a aussi des personnages aujourd’hui peu connus (Ruggiero Bonghi, Eugenio Camerini, Francesco Del Re, Giuseppe Pomba, Francesco Predari) qui participent activement aux manifestations culturelles, grâce à leur travail de journalistes, traducteurs, publicistes, éditeurs. Nous nous proposons d’étudier, du double point de vue de l’histoire sociale et de l’histoire culturelle, cette « Bohème littéraire » italienne (E. Camerini, 1856), qui représente à la fois le document d’un processus d’intégration nationale et, sans doute, l’une des expérimentations les plus audacieuses de la littérature italienne du XIXe siècle.


  • Pas de résumé disponible.