De la synchronisation entre vouloir-dire et traduire : pour une proposition de protraduction en langue espagnole de « Ravines du Devant-Jour » de Raphaël Confiant

par Karen Laureote

Projet de thèse en Langues et littératures étrangères

Sous la direction de Corinne Mencé-Caster.


  • Résumé

    Comment traduire, dominé ? Dominé par des codes ethnocentriques, par des canons stylistiques différents, par une vision qui relève du Même? Les verrous inhérents à la traduction que nous qualifierons de « classiques » (de langue A dite standard vers langue B dite standard) se renforcent d'autant plus que nous sommes dans un contexte diglossique où l'écrivain est habité par le Multiple. Faut-il croire aux limites du traducteur et se contenter des correspondances (souvent malheureuses) qu'il propose? Ou alors, devons-nous avoir foi en l'interculturalité, concept fédérateur qui aurait le pouvoir de rassembler toutes les cultures, et ainsi, de ne contraindre aucune d'elles au mutisme de la phagocytose culturelle? Ne serait-ce pas une vague utopie de croire qu'un traducteur peut tout traduire, dès qu'il a pris conscience de l'Altérité de l'écrivain, et qu'il l'accepte, dès lors?


  • Résumé

    How to translate when being dominated ? Dominated by ethnocentric codes, by different stylistic canons, by a vision which is the matter of the Same? The hurdles inherent in translation that we'll qualify as “classics” (from language A known as standard towards language B known as standard) are reinforcing themselves especially as we are within a diglossic context where the writer is possessed by the Diverse. Should we believe in the translator's limits and be contented with (often miserable) correspondences that he proposes? Or then, must we have faith in the interculturalism, the unifying concept which would have the power to gather all cultures, and so, compelling none of them to the silence of the cultural phagocytosis ? Wouldn't it be a dim utopia to believe that a translator is able to translate everything once he realizes and accepts the writer's Otherness?