L’esthétique populaire de l’habitat à Tunis

par Leila Khaldi

Projet de thèse en Aménagement de l'espace, urbanisme


Sous la direction de Jean-Pierre Frey.


  • Résumé

    La fabrication populaire des habitations et de leur aspect extérieur en particulier font l’objet de discrédit de la part des groupes dominants de la société. Considérée comme illégitime car produite en marge des procès de production officiels et architecturaux, l’esthétique vernaculaire actuelle des habitations populaires constitue pourtant la majeure partie du paysage urbain tunisois. Ce travail se veut une modeste contribution à la réhabilitation symbolique de cette fabrication et de son esthétique en particulier. L’aspect des façades telles qu’elles se présentent à la vue des passants à partir de l’espace public nous a conduite, en tant qu’architecte, à nous questionner au départ sur la façon de faire des habitants constructeurs pour fabriquer une esthétique sur la façade de leur habitation, tout en cherchant à nous enquérir de l’existence ou non d’une conscience de l’image ainsi renvoyée d’eux-mêmes à l’espace urbain. Les nombreux échanges menés avec nos interlocuteurs durant les enquêtes de terrain et l’analyse des données recueillies nous ont progressivement convaincue que les modalités de fabrication esthétique du côté habitant se basaient moins sur des considérations formelles que pratiques, ainsi que d’une considération grandissante de l’image de l’habitation telle qu’elle est renvoyée à l’espace public.

  • Titre traduit

    Popular aesthetics of urban dwellings in Tunis


  • Résumé

    The popular construction of dwellings and their appearance in particular are discredited by the dominant groups in society. Considered as illegitimate as it is produced on the margins of official and architectural production processes, the current vernacular aesthetic of popular dwellings however constitutes a major part of the Tunisian urban landscape. This work is a modest contribution to the symbolic rehabilitation of this production and its aesthetics in particular. The façades as they appear to bystanders from the public space has led me, as an architect, to initially question how the inhabitant builders proceed to create an aesthetic on the facade of their dwelling, while seeking to inquire about the existence or not of an awareness of the image thus returned to the urban space. The numerous consultations with our interlocutors during the field surveys and the analysis of the collected data gradually convinced us that the methods of aesthetic fabrication by the inhabitant were based less on formal than practical considerations, as well as a growing awareness of the image of the dwelling as it is sent back to the public space.