Les femmes et l'espace public en Algérie : appropriations et sociabilités publiques à Sétif

par Amel Harfouche

Projet de thèse en Aménagement de l'espace, urbanisme


Sous la direction de Jean-Pierre Frey.


  • Résumé

    En Algérie, les différences entre les usages féminins et masculins des espaces publics sont habituellement considérées comme relevant de la domination spatiale et symbolique qu’exercent les hommes sur les femmes. Si les rapports de pouvoir et les conflits qu’ils sous-tendent restent utiles pour comprendre le caractère sexué de l'espace urbain algérien, ils ne permettent pas de rendre entièrement compte des transformations sociales induites par la présence grandissante des femmes hors des espaces domestiques où elles étaient traditionnellement confinées. Dans un pays traversé par des tensions politiques et sociales, cette recherche s’intéresse à l’expérience que font les femmes de l’espace du dehors et des nouvelles manières d’être et d’agir qui la caractérisent. C’est à travers une approche ethnographique des usages ordinaires de trois espaces publics de la ville de Sétif que nous avons choisi, en tant qu’architecte, d’analyser la façon dont l'espace se prête à la production de nouveaux modes de sociabilité et, plus largement, le rôle qu’il joue dans la transformation des rapports de genre.

  • Titre traduit

    Women and public space in Algeria : appropriations and public sociabilities in Sétif


  • Résumé

    In Algeria, the differences between male and female uses of public spaces are mostly presented as the result of the spatial and symbolic domination of men over women. Although power relations and the conflicts they underlie remain useful for understanding the gendered character of the Algerian urban space, they don’t fully reflect the social transformations brought about by the growing presence of women outside domestic spaces where they were traditionally confined. In a country with political and social tensions, this research focuses on women’s experience of outer space and the new ways of being and acting that characterize it. It is through an ethnographic approach of the ordinary uses of three public spaces of the city of Sétif that we have chosen, as an architect, to examine the way space participates in the production of new modes of sociability and more broadly, the role it plays in the transformation of gender relations.