Représentations psychiques du donneur et du greffon chez des personnes transplantées pulmonaires

par Raphaëlle Pauthe (Farcy)

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Dominique Cupa et de Hélène Riazuelo-Deschamps.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Connaissance, langage et modélisation (Nanterre) , en partenariat avec CLInique PSYchanalyse Développement (Nanterre) (laboratoire) depuis le 14-10-2011 .


  • Résumé

    La transplantation pulmonaire permet à des personnes en phase terminale d'une défaillance de leurs poumons, de trouver un second souffle et poursuivre leur vie grâce au don d'un donneur après sa mort. Si elle est une avancée médico-chirurgicale majeure, la transplantation pulmonaire n'en n'est pas moins une intervention qui pose des questions éthiques et sociétales et dont les incidences psychiques sont indéniables. Parce qu'elle fait appel à un donneur mort, la transplantation introduit dans le champ du somatique une altérité et une dette, à vie. Cette altérité via le greffon devra être psychisée par le sujet receveur. La transplantation bouleverse plus ou moins fortement les assises identitaires du receveur dont les manifestations sont diverses (déréalisation, hallucinations, questionnement concernant le donneur, etc.) et mobilise une activité fantasmatique intense autour de la mort (la sienne, celle du donneur) et des origines (la sienne, celle du donneur). Et ce, chez les receveurs, mais aussi les proches et les soignants. La maladie pulmonaire grave chronique aura nécessité des soins récurrents, quotidiens, depuis le début de la vie comme dans la mucoviscidose, ou plus tardivement. Ces soins auront pu être invasifs, voire traumatiques et avoir inscrit chez le sujet une image du corps blessée. La transplantation peut réactiver ces blessures et atteintes corporelles. Au travers d'un entretien de recherche et de tests projectifs (Rorschach et TAT), le vécu de la greffe sera recherché afin de mieux comprendre les incidences psychiques de la greffe et les représentations du donneur et du greffon qui animent le sujet receveur. Et ce afin d'aider les soignants à mieux comprendre les enjeux psychiques de la greffe, et mieux les prendre en charge.

  • Titre traduit

    Psychic representations of donor and graft on lung transplant recipients


  • Résumé

    Lung transplantation gives the opportunity to lung terminal disease people to continue their lives, thanks to dead donors. But lung transplantation also raises ethical and societal questions and has undeniable psychic implications. Because of the necessity of the dead donor and the graft, lung transplant introduces otherness and debt, for life. This otherness needs to be psyched by the recipient. Lung transplant upsets the identity bases, more or less, which manifestations are diverse: derealization, hallucinations, questioning about the donor, etc. and it mobilizes an intense fantasy activity around the question of death ( it owns and that of the donor) and origins (it owns and that of the donor). These questions come from recipients, but also from care givers and families members. Severe somatic disease requires daily care, from the beginning of life on cystic fibrosis patients, later for the others suffering of other lung diseases. Some of these treatments may have been traumatic, invasive. These patients can have an body image, injured, fragmented. Through a research interview and projective tests (Rorschach and TAT) we try to better understand the experience of transplantation, their psychic implications and the psychic representations of donor and graft. This to help care givers to better understand the psychic implications of lung transplantation, and better take care of them.