Parenté, parentèles, transmission et mémoire dans la région de Cajamarca aux XVIe-XVIIe siècles

par Christelle Yeyet-Jacquot

Projet de thèse en Histoire


Sous la direction de Pierre Ragon.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent (Nanterre) , en partenariat avec Mondes américains (Paris) (laboratoire) depuis le 07-12-2011 .


  • Résumé

    Durant le XVIIe siècle, les sociétés indigènes des Andes septentrionales eurent à subir des changements considérables. Tout comme leur espace, leur mode de vie se transforma d’une manière sans précédent. Privés de leurs terres, déplacés de leurs villages et établis dans des pueblos et des paroisses, ils furent confrontés à des mutations majeures au sein de leurs propres traditions. Ainsi, les réformes tolédanes et le concile de Trente eurent des répercussions durables sur l’organisation des sociétés indigènes dans la province de Cajamarca. L’Eglise et les pouvoirs espagnols s’évertuèrent à effacer leur passé. Par conséquent, l’imposition de normes ibéro-catholiques affaiblirent l’organisation traditionnelle de ces sociétés de la province de Cajamarca. Leur remodelage se manifesta au travers du strict contrôle de leur orthodoxie et de leur respect des règles du mariage chrétien. On ne peut que s’interroger sur les conséquences de l’imposition de ces normes sur l’organisation sociale et les croyances des indigènes. Compte tenu de ces circonstances, la parenté, l’identité, le rapport à la terre, les règles de transmission des héritages et les savoirs ancestraux se plièrent à la règlementation espagnole. Les indigènes de Cajamarca durent se résoudre à une approche mesurée pour survivre et trouver leur place dans la société coloniale.

  • Titre traduit

    Kinship, Inheritance and Memory in the Province of Cajamarca, XVIth-XVIIth Centuries


  • Résumé

    Over the course of the XVIIth century indigenous societies in the Northern Andes went through considerable changes. Their surroundings had already transformed in an unprecedented manner alongside their way of life. As they were deprived of their land, removed from their original villages, and resettled into Spanish pueblos and parishes, they still had to undergo massive changes within their own traditions. The Toledan Reforms and the Council of Trent had a long-lasting resonance for the organization of the indigenous societies in the Cajamarca region. Both the Church and the Spanish authorities strove to abolish their past. Therefore, the traditional order of the Natives of Cajamarca and its region was weakened by the imposition of the Spanish and Catholic norms. The remodelling of the indigenous society manifested itself through the key monitoring of the Natives’ faithful obedience to Catholicism and to their subjection to the rules of marriage. As those norms were forced upon them, one may consider how it affected their social structures and beliefs. Under the circumstances, the Natives’ sense of kinship and identity, relationship to land possession inheritance rules, and ancestral knowledge had to adapt to and abide by the Spanish order. Besides, to survive and settle in the colonial society, they resorted to a measured way.