Les quartiers d'habitat spontané. Cas de la Guadeloupe, département Français des Antilles

par Danielle Brissac (Blombou)

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Pierre Teisserenc.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Érasme (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis) et de Université Paris 13 (établissement de préparation) depuis le 08-10-2010 .


  • Résumé

    Le projet de thèse est une réflexion sur les quartiers d’habitat spontanés. Elle prend comme matière l’analyse de ces quartiers sur le territoire de la Guadeloupe, à partir d’une approche sociologique. La formation de ces quartiers provient de l’appropriation illégale de terrains d’autrui (publics ou privés). Cependant, leurs habitants développent des actions d’ouverture aux autres qui génèrent de la solidarité, du lien social. Ainsi, ce travail conduit à s’interroger sur les caractéristiques du lien de solidarité constaté ; en quoi participent-elles à développer une dynamique d’évolution permettant de comprendre la société contemporaine et inventer de nouvelles manières de vivre ensemble ? C’est ici la formulation de la problématique centrale en rapport avec le sujet. Pour y répondre, nous proposons deux hypothèses de recherche: 1. Ces quartiers génèrent un cadre permettant aux gens d’établir entre eux un équilibre social basé sur la cohésion, pour penser l’organisation de la vie sociale. 2. La solidarité qui est à la fois une force d’attraction et un processus de construction du sens, contribue à dessiner des territoires d’innovation, en raison de ses « valeurs », malgré les obstacles rencontrés. Ces hypothèses prendront appui sur des apports théoriques : « la mobilisation des acteurs, la sociologie des organisations : Pierre TEISSERENC, Ehrard FRIEDBERG ; La construction de la structure sociale : Georg SIMMEL, Max WEBER, Emile DURKHEIM ; le réseau sociotechnique : Michel CALLON, Pierre LASCOUMES ; la production de l’accord : Albert O. HIRSCHMAN et M. OLSON ; l’évolution de l’organisation sociale : Ferdinand TÔNNIES.» La démarche s’effectuera par des enquêtes de terrain (exploratoires) auprès de ce public complétées par des enquêtes sur le processus de socialisation sur des espaces ciblés et s’appuiera sur l’apport théorique L développé dans la littérature relative à la question.


  • Pas de résumé disponible.