Gonzague de Reynold, poète

par Augustin Matter

Projet de thèse en Langue et littérature françaises

Sous la direction de Mireille Hilsum.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique, arts (Lyon) depuis le 01-12-2011 .


  • Résumé

    Cette thèse porte sur le domaine de la littérature française en Suisse romande et est consacrée à la production littéraire de l’un des acteurs du renouveau littéraire romand au début du XXe siècle, Gonzague de Reynold (1880-1970), compagnon d’écrivains célèbres comme C. F. Ramuz et Ch. A. Cingria. Dans une œuvre abondante et inégale, particulièrement consacrée à des essais historiques et parfois politiques, un corpus poétique plus restreint a été délimité, couvrant particulièrement la période contemporaine de La Voile latine (1904-1910) et du premier conflit mondial, jusqu’aux grandes années de l’Entre-deux-guerres. Entre 1904 et 1931, Reynold accorde en effet une place importante à la création littéraire, avant de se laisser accaparer par l’action catholique et/ou nationaliste, l’écriture d’essais politiques et plus tard la composition de vastes synthèses sur l’idée européenne. De L’Âge d’or (1898) et Au Pays des Aïeux (1904) à Conquête du Nord (1931), en passant par Cités et pays suisses (1914-1920), et les Contes et légendes de la Suisse héroïque, plusieurs œuvres en vers et en prose assurent à leur auteur le statut de poète, image que vient bientôt concurrencer sa renommée d’intellectuel et d’historien de la civilisation. Jusque dans les années cinquante, Reynold est considéré en Suisse et à l’étranger comme le principal écrivain de Suisse romande avec Ramuz, avant que le vieillissement d’une œuvre, les remises en cause de la deuxième Guerre mondiale et l’émergence de concurrents viennent lentement le reléguer au second plan. Le but de cette thèse est d’étudier comment Reynold a été le principal acteur d’une poésie helvétiste renouvelée destinée à ré-enchanter tant le singulier que le collectif. Cette relecture des œuvres de Reynold fait assister à la forge d’une identité qui esquisse une quête lyrique de soi, une refondation du lieu d’origine et une tentative épique. Si la poésie elle-même inclut une expression du politique et une ontologie, l’œuvre poétique de Reynold montre les conditions de réalisation et les contradictions d’une poésie d’inspiration nationaliste en Suisse, de son esquisse à son effacement/dépassement, au rythme des événements historiques et de l’évolution intellectuelle et culturelle du début du XXe siècle.

  • Titre traduit

    Gonzague de Reynold, a poet


  • Résumé

    This thesis deals with the French litterature in French-speaking Switzerland and focuses on Gonzague de Reynold (1880-1970), comrade of some famous writers like C.F. Ramuz and Ch. A. Cingria and one of the actors of the French-speaking Switzerland literary revolution at the beginning of the XXth Century. In an extensive but uneven work particulary devoted to some historical and sometimes political essays, a limited corpus covering the contemporary period which is named "La Voile Latine" (1904-1901) and from the First World War to the interwar years has been chosen. Between 1904 and 1931, Reynold gives literary production a significant place just before being caught by catholic and/or nationalist action, political essays writing and finally the European idea. From "L'Âge d'or" (1898), "Au pays des Aïeux" (1904) to "Conquête du Nord" (1931) by way of "Cités et pays suisses" (1914-1920), "Contes et légendes de la Suisse héroïque" and many poems written in verse or prose, all these different works give the writer the status of poet although his image will soon be in competition with his reputation of an intellectual and a historian. Up to the fiftees, Reynold used to be considered inland and abroad as the main writer in French-speaking Switzerland just as Ramuz. But the ageing of a literary production and the new questioning after World War II push him progressively into the background. The aim of this thesis is to study how Reynold was the main actor of a new form of Swiss poetry destined to re-enchant the person as well as the people. This poem shows the building of one's identity by means of a lyrical quest of oneself, a reconstruction of the original place, an epic attempt. Reynold's poetry eventually shows the conditions of realisation and the contradictions of a poetry inspired by Swiss nationalism from its draft to its eradication/overtaking, at the pace of the historical events and cultural/intellectual evolution at the beginning of the XXth Century.