(re)Mettre la ville au monde. Permanence et renouveau social au miroir monographique du fait religieux populaire sévillan

par Hélène Zwingelstein

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie

Sous la direction de Jean-Claude Galey et de Danièle Hervieu-Léger.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 09-12-2011 .


  • Résumé

    Séville, quatrième ville d’Espagne, constitue un exemple de société contemporaine « hybride », prise entre modernité et mémoire. Ce travail de thèse, à vocation comparative, appuyé sur une patiente immersion de terrain, interroge les modalités du renouveau, de la permanence et de la stabilité de l’identité de la ville, au miroir des complexités de son fait religieux populaire. L’étude révèle d’abord les singularités d’un principe relationnel à l’œuvre dans la cité : segmentaire et médiatisé, de type familial extensif. Elle détaille ensuite la nature des dévotions portées aux multiples images locales du Christ et de la Vierge. Réellement présentes, les images entrent dans le jeu des interactions mondaines et les liens qui les unissent aux hommes se déploient au fil d’un calendrier liturgique hautement festif. Le travail en décrit les principales séquences. Il dévoile également l’action géopolitique des variations morphologiques que cette boucle cérémonielle produit dans la ville. Enfin, au-delà de ce que les seuls yeux peuvent percevoir, la thèse questionne plus particulièrement certains secrets de l’herméneutique locale du mystère pascal. L’observation des différentes étapes du sacrifice du Fils, puis de sa résurrection locale invisible, sensible et progressive, vient en effet mettre à jour un principe original de renouvellement du social, impliquant rituellement les vivants, leurs morts, ainsi que les générations à naître. Cette thèse présente ainsi différents aspects d’un même système politico-religieux local. L’articulation complexe de l’ensemble y ordonne cycliquement pouvoir et autorité, politique et imaginaire, au sein d’un même espace de sens symbolique.

  • Titre traduit

    Giving birth to the city (again). Social permanence and renewal in the mirror of the sevillian popular religious phenomenon


  • Résumé

    Seville, Spain's fourth largest city, constitutes an example of a « hybrid » contemporary society caught between modernity and memory. This thesis, aiming to be comparative and supported by a patient field immersion, questions the modalities of the renewal, the permanence and the stability of the city's identity, in the mirror of its popular religious phenomenon. The study first reveals the singularities of a relational tenet at work in the city : segmental and mediated, while also shaped as an extensible family. It then details the nature of the devotion shown to the multiple local images of Christ and the Virgin. Through their real presence, these images fit into a pattern of social interactions, with the links that unite them to people unfolding throughout a highly festive liturgical calendar. The research describes its main sequences. It also reveals the geopolitical action of the morphological changes created by this ceremonial periodicity in the city. Finally, beyond what bare eyes can perceive, the thesis questions more specifically some of the secrets in the local hermeneutics of the Paschal Mystery. An observation of the different stages of the sacrifice of Christ, and his ensuing invisible local resurrection, emotionally perceptible and progressive, indeed furthers an original principle of social renewal, ritually involving the living, their dead as well as the future generations to come. This thesis thus presents different aspects of the same local political-religious system, wherein the complex articulation of the whole cyclically orders power and authority, politics and imagery, all within one space of symbolic meaning.