La représentation des origines dans les littératures francophones des îles créoles de l’Océan Indien et de la Caraïbe : la figure de l’ancêtre, thème et mythe.

par Rajcoomarée Issur

Thèse de doctorat en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de Jean-louis Joubert.

Thèses en préparation à Paris 13 , dans le cadre de Erasme depuis le 19-11-1996 .


  • Résumé

    Les îles créoles ont connu une Histoire douloureuse et par là-même, une perturbation sinon un effacement de références mythiques, historiques et culturelles. La vie dans ces îles a revêtu des apparences de (re)commencements. Nous postulons que parallèlement au développement d’une nouvelle langue (le créole), il y a l’élaboration d’une pensée mythique propre, à commencer par le(s) mythe(s) des origines. Les littératures de ces îles se révèlent être des véhicules de la quête et de la représentation des origines. Le projet à la base de l’écriture est en somme de se (re)construire un passé et des ancêtres. Il s’agit de créer sinon de sortir des limbes de l’Histoire ou de l’histoire familiale des figures privilégiées, de les doter d’une vie, d’un parcours, d’établir une perspective historique menant jusqu’à elles pour ensuite s’en réclamer. Nous dégageons les constantes dans la structure d’un grand nombre de romans contemporains pour cerner le rapport étroit qu’entretient la figure ancestrale avec la genèse même du récit. Nous analysons la représentation et le fonctionnement du personnage de l’ancêtre pour déterminer s’ils relèvent du motif, du thème, du mythe préexistant au texte littéraire, du mythe généré par le texte littéraire ou encore du mythe personnel de l’auteur. Nous étudions le traitement que reçoivent les figures archétypales — Africains, Malgaches, Européens, Indiens, Amérindiens, Chinois, Syro-Libanais ou encore la place occupée par la généalogie matrilinéaire comparée à la généalogie patrilinéaire. Nous passons en revue les personnages individuels, qu’ils soient historiques, littéraires ou purement mythiques, qui ont marqué l’imaginaire des îles. Nous étudions les représentations de la descendance dans la mesure où elle seule justifie le questionnement généalogique. La survie connaît des voies privilégiées telles que le métissage et la réincarnation. Nous considérons finalement les différentes formes que prennent l’héritage créole et ses supports de transmission.


  • Pas de résumé disponible.