La liberté pour quoi faire ? : éthique et politique de l’engagement chez Sartre

par Elisa Reato

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Christian Lazzeri.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Connaissance, langage et modélisation (Nanterre) , en partenariat avec Laboratoire de sociologie, philosophie et anthropologie politiques (Nanterre) (laboratoire) depuis le 20-02-2012 .


  • Résumé

    Ce travail a pour objectif de présenter la richesse de la notion d’« engagement », qui nous paraît constituer le fil rouge de la vie et de l’œuvre sartriennes. Au-delà de la biographie intellectuelle de Sartre que notre projet entend reconstituer pas à pas, se pose aussi la question philosophique de savoir sur quoi se fonde l'engagement et quelle justification il est possible de trouver dans l’œuvre sartrienne pour penser sa réalisation. Si l'un des grands thèmes philosophiques de son œuvre est que les hommes sont condamnés à être libres, on sait que cette liberté peut tout aussi bien se traduire par un engagement éthique et politique que par une position de spectateur surplombant et extérieur à l'action sociale, spectateur uniquement préoccupé par la réalisation de son destin privé. Puisque la thèse sartrienne du dépassement de la situation constitue une prise de distance avec l'exercice de toute forme de déterminisme, il est légitime de se demander sur quoi peut bien se fonder la notion d'engagement si elle ne reçoit pas d'impulsion décisive des différents types de déterminations. On peut être tenté de chercher la motivation essentielle de l'engagement éthique, politique et social dans l'existence même de la conduite libre, à condition de préciser que cette liberté est non seulement une liberté de type anthropologique, mais aussi une liberté de type moral. Nous examinons les paradoxes et les difficultés qui découlent de cette thèse sartrienne en se demandant en particulier comment il est possible de soutenir d'un côté, que les individus entrent dans des conflits de reconnaissance pour éviter toute forme de réification et que cela semble constituer une réalité sociale quasi universelle, alors que de l'autre, en se situant sur le versant de la liberté et en se posant la question de l'absence de valeurs morales a priori, on se demande sur quoi pourrait bien se fonder l'engagement moral et politique. Nous examinons les sources sartriennes (philosophiques, littéraires et politiques) ainsi que les possibles réactualisations contemporaines du concept d’engagement.

  • Titre traduit

    Freedom, what for ? : the ethics and politics of Sartre's theory of engagement


  • Résumé

    The notion of “engagement” has become central to contemporary moral and political philosophy. This study focuses on Jean-Paul Sartre’s theory of engagement and starts from the assumption that this notion carries with it a new conception of the subject. Most interpretations of Sartre’s engagement theory are founded on the traditional idea of the writer’s commitment and do not consider the works as a whole. Our project goes much further in this direction. The starting point of this investigation is Sartre’s hypothesis which defines man’s freedom in situation, distinct from the conception promoted by the traditional theory of freedom. In order to define the concept of engagement, we investigate the problem in Sartre’s philosophical, literary and political works. This comparison leads us to develop a triadic conception of engagement according to which it can be understood as an anthropological category, as well as a moral and a political one. This research is composed of four chapters, each dealing with a different aspect of “engagement”: chapter 1 investigates the notion of freedom; chapter 2 examines the problem of the other; chapter 3 specifies the consequences in ethics; chapter 4 analyses the possible issues in response to contemporary matters. Finally, we focus on the ambiguity of man’s condition in order to highlight the implications of Sartre’s conception of engagement.