Les femmes de l’élite sociale égyptienne au Moyen Empire et à la Deuxième Période Intermédiaire.

par Mélanie Lelong

Projet de thèse en Histoire de l'antiquité

Sous la direction de Pierre Tallet.

Thèses en préparation à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) depuis le 21-11-2011 .


  • Résumé

    Les femmes de l’élite sociale égyptienne s’inscrivent en filigrane dans la société du Moyen Empire et de la Deuxième Période Intermédiaire. Bien que les parentes de particuliers fassent l’objet de nombreuses représentations, les légendes qui les accompagnent ne fournissent guère plus qu’un anthroponyme et un lien de parenté, voire, dans le meilleur des cas, un titre. De même, nous connaissons peu de sépultures féminines pour cette période. Quant aux femmes de la famille royale, en dépit des trésors funéraires de Dahchour, Hawara ou d’el-Lahoun, nous ne disposons que de maigres informations à leur sujet. Ces dames sont pourtant impliquées dans une dynamique sociale régie notamment, comme dans toute société humaine, par les règles des alliances matrimoniales. Ainsi entendons-nous établir une étude généalogique susceptible de mettre en évidence les jeux de pouvoir qui innervent le Moyen Empire et, a fortiori, l’époque politiquement troublée qu’est la Deuxième Période Intermédiaire. En outre, il nous faudra envisager, une analyse des données archéologiques, iconographiques et prosopographiques pour mieux appréhender leur rang et leur rôle tant sur le plan politique qu’administratif, économique et religieux. Une telle étude reposera avant tout, bien entendu, sur une définition de ce que nous entendons par « élite sociale».


  • Pas de résumé disponible.