Le progressisme et la réforme de l’État en Équateur, 1883-1895

par Alexis Medina

Projet de thèse en Langues, littératures et civilisations romanes : Espagnol

Sous la direction de Emmanuelle Sinardet et de Julio Pérez-Serrano.

Thèses en préparation à Paris 10 en cotutelle avec l'Universidad de Cádiz , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) depuis le 26-09-2011 .


  • Résumé

    Le progressisme est un courant politique né en Équateur dans les années 1860 cherchant à incarner une voie médiane entre le conservatisme et le libéralisme. Une fois au pouvoir, de 1883 à 1895, les progressistes entendent moderniser l’Équateur sur le plan politique et économique. Sur le plan économique, ils cherchent à consolider le modèle agro-exportateur fondé sur le cacao, développer l’enseignement technique et scientifique, construire des voies ferrées et redéfinir les relations entre l’Église et l’État. Ils souhaitent également stabiliser les institutions républicaines, fondées sur le respect des libertés publiques, la séparation des pouvoirs et le suffrage comme source de la légitimité politique. Cependant, les progressistes doivent affronter l’opposition des conservateurs et des libéraux. Isolé et affaibli, le progressisme est renversé en 1895 par les libéraux. Malgré ses échecs, le progressisme représente une étape déterminante dans la construction de l’État-nation en Équateur.

  • Titre traduit

    Porgressivism and State reform in Ecuador, 1883-1895


  • Résumé

    Progressivism was a political movement born in Ecuador in 1860s that aimed at embodying a third way between conservatism and liberalism. While they were in power, from 1883 to 1895, the progressives tried to modernize Ecuador both politically and economically. On the economic level, they sought to consolidate the agroexport model, develop technical and scientific education, build railroads and redefine the relationship between Church and State. They also wanted to stabilize the republican institutions, based on the respect for civil liberties, separation of powers and suffrage as the source of political legitimacy. In spite of its failures, progressivism represents a fundamental step in the formation of the Nation state in Ecuador.