L'idée de paix chez Kant. Pour une conception positive de la paix

par Jean-Marie Samarwa

Projet de thèse en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Jérôme De Gramont et de Alexandra Roux.

Thèses en préparation à Poitiers , dans le cadre de Lettres, pensées, arts et histoire « civilisation et littérature de l’antiquité à nos jours »Ed 525 depuis le 23-02-2012 .


  • Résumé

    Dans son oeuvre Kant donne à l'idée de paix un statut particulier. Dans la "critique de la raison pure", il la présente comme point d'aboutissement de l'architectonique de la raison pure en tant qu'elle est fondamentalement critique. Dans "la Religion dans les limites de la simple raison", elle est présentée comme finalité éthique du triomphe du bon principe sur le mauvais, tandis qu'elle est le "souverain bien politique" dans la "Doctrine du droit". Enfin, il consacre l'opuscule de 1795 - Zum Ewigen Frieden - à la question d ela paix dans le cadre des relations internationales. Cette richesse polysémique que Kant donne à l'idée de paix donne un éclairage nouveau à la conceptualisation de la paix : d'abord par son caractère positif lié au concept de liberté, ensuite par son horizon perpétuel qui lui donne un caractère normatif. En effet, la définition donnée ordinairement à la notion de paix fait dépendre celle-ci du concept de guerre, comme si l'idée de paix s'était résolue à n'être conçue que sous l'ombre de la guerre. La conséquence en est que la conception même de la nature de la paix est, en définitive, la première limite de la pensée et de la pratique de celle-ci. Le projet de cette thèse interroge ce statut que Kant donne à la paix afin de voir s'il est possible de concevoir la paix positivement . En quel sens l'idée positive de la paix est-elle un préalable d'une théorie et d'une pratique de la paix ? Dans quelle mesure une telle idée informe-t-elle les conditions cosmopolitiques du vivre-ensemble global ?


  • Pas de résumé disponible.