Du monument au patrimoine. Le processus de patrimonialisation de l’art moderne en Colombie

par Ana Maria Gomez Garcia

Projet de thèse en Arts et langages

Sous la direction de Annick Louis et de Brigitte Derlon.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 15-12-2011 .


  • Résumé

    Articulée à une histoire et une anthropologie des changements de l’État ainsi qu’aux récits sur l’identité nationale, la présente thèse a pour objet d’étudier comment, en Colombie, l’artiste moderne et ses œuvres se sont transformés en patrimoine national. Cette étude démontre que le processus de patrimonialisation de l’art moderne est un phénomène qui illustre la transition d’une logique et d'une pratique monumentales à une logique et une pratique patrimoniales. Elle s’appuie sur un ensemble de données obtenues au moyen d’une recherche de type qualitatif qui a fait appel à plusieurs méthodes, dont l’observation participante multi-située, la réalisation d’entretiens ainsi que l’examen d’archives institutionnelles et privées. À travers une analyse historisante et contextualisante, inscrite dans une perspective de longue durée, cette thèse étudie tout d’abord les dispositifs de création de valeur et de conservation des biens identitaires colombiens. Puis, elle se focalise sur une description et un examen des mécanismes mis en œuvre dans le cadre de la fabrication d’un regard social qui a reconnu l’art moderne en tant que patrimoine, avant de traiter le phénomène de constitution et d’exposition des collections muséales d’art moderne colombiennes. En outre, la recherche aborde les processus de réception du patrimoine à partir d’une étude de la pluralité des usages ainsi que des appropriations sociales de la figure de l’artiste, de l’œuvre d’art moderne et des produits dérivés (copies et répliques). La thèse montre notamment que la production, la vente et l’achat de copies et de répliques, transformées en marchandises souvenir, font partie du circuit de création de l’authenticité de l’expérience de voyage en Colombie, et comment les copies et les répliques incorporées dans la décoration des maisons et des bureaux deviennent des objets d'attachement du patrimoine personnel et intime de leurs propriétaires.

  • Titre traduit

    From monument to heritage. The process of patrimonialisation of modern art in Colombia


  • Résumé

    The aim of this thesis is to show how in Colombia the modern artist and his works became national heritage. The study articulates narratives of national identity with a history and an anthropology of change in the State. This study demonstrates that the process of patrimonialisation of modern art is a phenomenon which illustrates the transition from a monumental logic and practice to a logic and practice of heritage. This finding is based on a set of data obtained by means of qualitative research in which several methods were used such as multi-site participant observation, interviews, and consultation of institutional and private archives. The first four chapters of this thesis reflect on the mechanisms of value creation and conservation of Colombian identity goods through a historical and contextual analysis. Subsequently, the study focuses on a description and examination of the social mechanisms implemented within the framework of the fabrication of a social gaze which acknowledges modern art as heritage. The thesis also treats the phenomenon of constitution and exhibition of Colombian modern art museum collections. In addition, it addresses the processes of reception of heritage based on a study of the plurality of uses as well as the social appropriations of the figure of the artist, of the modern work of art, and of derivative products (copies and replicas). The thesis reveals how the production, sale and purchase of copies and replicas converted into souvenir merchandise, not only form part of the circuit of creating the authenticity of the travel experience in Colombia. But also, how these objects, when incorporated into the decoration of homes and offices become objects of attachment to the personal and intimate heritage of their owners.