La Palestine en créations. La fabrique de l'art contemporain, des territoires occupés aux scènes mondialisées

par Marion Maria Elidrissi Slitine (Elidrissi)

Projet de thèse en Anthropologie sociale et ethnologie


Sous la direction de Franck Mermier.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 24-01-2012 .


  • Résumé

    Mêlant des approches historiques, socio-anthropologiques et artistiques, la thèse entend apporter un éclairage inédit sur la situation contemporaine de la Palestine et les modalités de l’occupation, à travers l’analyse de ses mondes de l’art contemporain depuis les années 1990 qui ont vu un développement sans précédent de son infrastructure. Dans un contexte de fragmentation politique et territoriale toujours plus accrue, une nouvelle génération d’artistes a émergé qui parvient progressivement à transgresser les contraintes à l’œuvre sur le terrain, pour accéder par leurs pratiques artistiques et les visions du monde qui en découlent, aux scènes de l’art contemporain international. À travers une étude ethnographique multisituée, la thèse a pour objectif de retracer la fabrique de cet art contemporain, en se concentrant sur l’étude des artistes plasticiens des Territoires palestiniens occupés. Il s’agit d’observer leurs pratiques quotidiennes, les facteurs qui les entravent tout comme les nouvelles fenêtres d’opportunités et circulations induites par le marché de l’art globalisé. En partant des trajectoires individuelles de ces créateurs en mouvement, la recherche s’interroge sur les formes de rupture ou de continuités engendrées par la mondialisation que ce soit dans leurs modalités d’engagement (artistique et politique) ou dans leur rapport au nationalisme et ce, afin de repenser les rapports entre art et politique.

  • Titre traduit

    Palestine through creations. The fabrication of contemporary Palestinian art, from the Occupied territories to the globalized scenes


  • Résumé

    Combining historical, socio-anthropological and artistic approaches, the thesis aims to shed new light on the contemporary situation of Palestine and the modes of Occupation, through the analysis of its worlds of contemporary art since the 1990s which have seen an unprecedented development of its infrastructure. In a context of growing political and territorial fragmentation, a new generation of artists has emerged which gradually succeeds in transgressing the constraints at work on the ground, to access through their artistic practices and the resulting worldviews, to the scenes of international contemporary art. Through a multilocated ethnographic study, the thesis aims to retrace the fabrication of this contemporary art, focusing on the study of plastic artists from the Occupied Palestinian Territories. It is a question of observing their daily practices, the factors that hinder them as well as the new windows of opportunities and circulations induced by the globalized art market. Starting from the individual paths of these moving creators, the research questions the forms of rupture or continuities engendered by globalization whether in their modes of engagement (artistic and political) or in their relationship towards nationalism, in order to rethink the relationship between art and politics.