La littérature à la lumière du genre : l'exemple de Colette

par Wei Si

Projet de thèse en Langues et littérature françaises

Sous la direction de Martine Reid.

Thèses en préparation à Lille 3 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord) depuis le 01-10-2011 .


  • Résumé

    La thèse portera sur les rapports complexes entre sexe et genre (sex/gender) dans l’œuvre de Colette. Les premières œuvres de Colette nous permettent de voir la manière un peu naïve de l’auteure de présenter l’univers qu’elle porte en elle. A ses yeux, le féminin n’est jamais une cause d’infériorité. Nous nous intéresserons, dans le cadre de notre travail de recherche, à l’évolution du statut de l’homme et de la femme au sein du couple chez Colette. Comment le modèle du couple composé d’un amant paternel et d’une enfant battue dans les Claudine devient-il celui d’une femme mûre et d’un amant jeune dans Chéri (1920) ? Que signifie ce changement des rapports de force ? La bisexualité de la femme écrivain est un facteur non négligeable qui engendre le trouble dans le genre chez ses personnages masculins et féminins. L’idée du croisement de sexe/genre aboutit inévitablement à l’hypothèse que la différence des sexes traverse le groupe des femmes. Dans les Claudine, il y a une différence considérable entre la manière de se comporter, de parler et de juger d’Annie et celle de Marthe. D’où l’inégalité des sexes au sein de la communauté des femmes, un monde unisexué. Certaines femmes fortes exercent une espèce de domination masculine sur celles qui sont relativement féminines. Et cette domination, souvent sous forme d’amitié, serait plus redoutable dans certains cas que la domination purement masculine (celle des hommes). De plus, les femmes chez Colette se révèlent être avides de pouvoir. Elles ont toutes une pensée de l’affranchissement plus que de l’émancipation et luttent pour la liberté plus que l’égalité des sexes.


  • Pas de résumé disponible.