Imaginaire et représentations des pays de l'Occident en Grèce d'Homère au IVe siècle av J.C.

par Marie Quinton

Projet de thèse en Lettres Classiques

Sous la direction de Jocelyne Peigney.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Sciences Humaines et Sociales depuis le 14-12-2011 .


  • Résumé

    Cette thèse se propose d’étudier les représentations des pays de l’Occident, aux marges du divin et du non-humain, dans les textes grecs de l’époque archaïque au IVe siècle avant J.-C. Le travail se fonde sur un corpus allant de fragments divers aux grandes œuvres historiques ou de l’épopée au théâtre. Si cet imaginaire se découvre dans les mythes, les témoignages du développement de sciences telles l’astronomie et la médecine constituent également des sources indispensables afin de déterminer les constantes et les écarts dans les grands schémas de pensée qui accompagnent la description ou l’évocation de pays du Couchant. L’analyse se concentrera sur l’évolution de ces représentations dominées, dans la conception durable d’une terre immobile et plate, par l’imaginaire des pays des confins ; sur les liens qui se tissent avec les réalités des échanges économiques et culturels ; sur le besoin renouvelé d’appréhension et de mise en ordre du monde ; enfin sur le prisme au travers duquel les Anciens du Ve et du IVe siècle av. J.-C. ont décrit et analysé la vie et le devenir de la cité. Le sujet soulève la question des relations de continuité et de discontinuité entre un matériau mythique donné par les textes littéraires, des approches qui se veulent rationnelles et un horizon politique indissociable de la conception du monde. Il amène à s’interroger sur l’utilisation de ces représentations par les auteurs anciens, dans une littérature où la définition de l’altérité est aussi définition de soi et constitution d’une identité.


  • Résumé

    The aim of this thesis is to study representations of Western countries on the edge of the divine and the non-human in Greek texts from the archaic period to the fourth century BC. This work is based on a diverse corpus, from various fragments to great historical works and from the epic to the theater. Although this thinking appeared first in myths, the teachings of astronomy and medicine are also indispensable sources for determining the constants and differences in the thought patterns which go with the descriptions and references to the countries in the sunset direction. The analysis focuses on the evolution of these representations, which, in the sustained conception of a flat and motionless earth, are characterized by the concept of the edges of the Earth; on the links formed through the realities of economic and cultural exchanges; on the need for apprehending and ordering the world and finally, on the prism through which the Ancients of the fifth and fourth centuries BC described and analyzed the life and future of the city. The subject raises the question of continuities and discontinuities between mythical material provided by literary texts, approaches claimed to be rational and a political outlook induced by a conceptualization of the world. It leads us to wonder about the use of these representations by the ancient Greek writers in literature where to define otherness is to define oneself and to create an identity.