Addiction, errance et grande précarité : exploration psychopathologique des mises en scène du corps

par Maxence Thomas

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Nathalie Dumet.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) depuis le 21-11-2011 .


  • Résumé

    Ce travail tente de resituer les problématiques d’addictions des sujets en situation d’errance et de grande précarité à partir de l’articulation de trois points de vues : l’intrapsychique, l’intersubjectif et le psychosomatique. Cette recherche se fonde sur une pratique de psychologue clinicien dans les centres d’accueil de personnes en situation de grande précarité rencontrées notamment dans le cadre d’une équipe mobile.La surreprésentation des personnes ayant des conduites addictives dans le secteur de l’hébergement social nous a conduits à nous interroger sur les particularités de l’addiction chez le sujet précaire. C’est à partir des multiples traces corporelles que le sujet donne à voir et à partir des effets qu’elles suggèrent chez l’autre – que nous faisons l’hypothèse d’une addiction comme une tentative d’incorporation de traces psychiques inélaborables. Le sujet chercherait à intégrer ce qui lui échappe tout en tentant de revivre des expériences ambigües et indéterminables sur un mode sensoriel. Cette étude vise enfin à tenter de penser la complexité des relations intersubjectives chez ces sujets, à travers la dualité présence \absence et les liens sujets-institutions.


  • Pas de résumé disponible.