Réécriture féministe des Mille et Une Nuits dans les oeuvres d'Emily Brontë, A.S. Byatt, John Barth et Assia Djebar

par Hichem Lassouani

Projet de thèse en Langues, Littératures et Civilisations

Sous la direction de Laurence Denooz et de Marc Maufort.

Thèses en préparation à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Stanislas depuis le 02-01-2012 .


  • Résumé

    Ce présent projet de recherche, qui s’intitule ‘Réécriture féministe des Mille et Une Nuits dans les œuvres d’Emily Brontë, A.S. Byatt, John Barth et Assia Djebar’, s’inscrit dans le cadre des littératures comparées. Il se propose, selon une approche comparatiste, d’étudier les liens intertextuels qui pourraient exister entre des œuvres appartenant à des traditions littéraires séparées par le temps et la culture. En effet, un rapprochement d’œuvres pré-modernes, postmodernes et postcoloniales d’un coté, et d’œuvres anglophones et francophones d’un autre côté, et comment chacune de ces œuvres renvoie et récupère le canon de la tradition littéraire orientale, qui est Les Milles et Une Nuits, dans une perspective féministe constituent le noyau de cette recherche. A travers ce travail, j’ai l’intention de démontrer que le texte des Mille et Une Nuits est encore d’actualité dans un monde qui n’arrête pas de se polariser : Nord contre Sud, Ouest contre Est, homme contre femme, et modernité s’opposant inexorablement à la tradition, etc.Les contes des Mille et Une Nuits sont d’une teneur hautement féministe pour les écrivains constituant notre corpus, dû au rôle que joue essentiellement l’héroïne Shéhérazade pour sauver la gent féminine de son royaume contre la tyrannie de son roi et mari Shahrayar en lui racontant des histoires toutes extraordinaires qu’invraisemblables. Donc, à notre sens, il se trouve que le texte des contes des Mille et Une Nuits est réapproprié, adopté, traduit, emprunté, repris, ou révisé par Emily Brontë, A.S. Byatt, John Barth et Assia Djebar dans une perspective féministe ayant comme objectif de défendre les aspirations des femmes et les droits des autres minorités opprimées dans leurs sociétés et cultures respectives. En d’autres mots, notre objectif central dans ce travail de recherche est d’analyser comment chacun des quatre écrivains transforme ses textes en de véritables espaces intertextuels où des éléments et motifs des Mille et Une Nuits s’incrustent, cohabitent, s’interpellent et interagissent pour produire des travaux qui s’érigent contre l’oppression des sociétés patriarcales et des systèmes impérialistes. Enfin, ce projet pourrait révéler de nouveaux aspects et de nouvelles dimensions de l’influence littéraire entre l’Orient et l’Occident, perçue dans le sens du premier vers le dernier, au lieu de l’inverse, chose qui me semble être rarement traitée.

  • Titre traduit

    Feminist Rewriting of the Arabian Nights in the Works og Emily Bronte, A.S. Byatt, John Barth and Assia Djebar.


  • Pas de résumé disponible.