Contribution à l'étude de l'écriture en miroir chez l'enfant : implications pour les théories éducatives et neurologiques.

par Anne-Marie Alter (Koch)

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Jean-Paul Fischer.

Thèses en préparation à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Stanislas depuis le 20-09-2011 .


  • Résumé

    Cette thèse a pour objectif d’étudier empiriquement et expérimentalement le développement des écritures en miroir chez les jeunes enfants, dans le but de préciser les théories éducatives et neuropsychologies. De nombreuses questions restent en effet en suspens au sujet de ces écritures dont nous avons souligné qu’elles n’ont été étudiées que spasmodiquement depuis la fin des années 1920. Notre projet est d’investiguer plusieurs de ces questions. Notamment :1) Ces écritures sont-elles gênantes dans le sens où elles pourraient consolider une écriture erronée nuisible ensuite non seulement à l’écriture, mais surtout à la lecture ?2) Faut-il prendre des précautions particulières avec les enfants gauchers du fait que l’écriture abductive – présumée plus facile que l’écriture adductive – les conduit à écrire en miroir ?3) Quel rapport entretiennent l’écriture en miroir et la dyslexie ? 4) Comment la théorie d’Orton, affinée par Corballis et Beale, qui semble trop simple pour être vraie, peut-elle être rejetée scientifiquement ?5) La règle implicite d’orientation vers la droite, établie sur les lettres capitales et les chiffres, est-elle aussi appliquée par les enfants pour les lettres minuscules ?6) Le problème de l’orientation est-il analogue dans d’autres domaines, y compris des domaines pratiques (comme l’ouverture d’un robinet) ?Notre hypothèse de travail est qu’en pratiquant l’écriture sérielle des chiffres et des lettres, et en choisissant bien certains amorçages ou/et certains caractères, nous obtiendrons suffisamment d’écritures en miroir pour pouvoir tester statistiquement nombre d’hypothèses associées à ces questions.


  • Pas de résumé disponible.