Dialogues et conversations dans l’œuvre des Goncourt

par Luigi Zammartino

Thèse de doctorat en Langue et littérature françaises

Sous la direction de Pierre-Jean Dufief.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) , en partenariat avec Centre des sciences de la littérature française (Nanterre) (laboratoire) depuis le 01-12-2011 .


  • Résumé

    En dépit de certaines idées reçues qui ont poussé longtemps la critique à étiqueter les Goncourt non seulement comme des représentants mineurs du réalisme et du naturalisme, mais aussi comme des écrivains renfermés trop dans leurs tics, ce travail propose de considérer à nouveaux frais l’œuvre des deux frères, à partir d’une interaction narrateur-lecteur et en se concentrant surtout sur ces deux figures de la communication littéraire. Tout au long de cette étude on va montrer que le lecteur est plongé d’emblée au cœur d’une dimension dialogique réelle, soit dans les œuvres romanesques, soit dans les récits intimes, soit dans les premières études historiques d’Edmond et Jules de Goncourt. Les dialogues et les conversations se succèdent dans la narration goncourtienne et le lecteur perçoit une polyphonie, un plurilinguisme de voix, qui lui permettront de participer à l’acte de l’écriture, à l’impliquer dans le texte dès son début. À travers diverses analyses des sténographies de dialogues et de conversations on va supposer qu’un véritable principe de «démocratisation littéraire » se fonde et trouve sa liberté dans l’émancipation du patronage narratif.

  • Titre traduit

    Dialogues and conversations in the Goncourt’s work


  • Résumé

    Although some ideas prompted for a long time critics to label Goncourt brothers not only as minor representatives of realism and naturalism, but also as writers retired in their hobbyhorses, this work proposes to consider Goncourt’s work beginning from the interaction narrator – reader focusing mainly on this two figures of literary communication. In this study it is possible to notice that the reader is suddenly plunged in a real dialogic dimension, in fiction works, in intimist stories and in Edmond and Jules Goncourt’s first historical studies too. Dialogues and conversations follow one another in the Goncourt’s narration and the reader perceives a polyphony, a multilingualism of voices, that permit him to take part in the act of writing and to involve in the text since the beginning. Through different analysis of the shortland of dialogues and conversations we suppose that a principle of « literary democratization » is based on and find its freedom in the emancipation of the narrative patronage.