L'impact du système de protection sociale sur l'investissement des ménages et la mobilité intergénérationnelle

par Jamil Nur

Projet de thèse en Sciences économiques

Sous la direction de Robert Gary-Bobo.

Thèses en préparation à Paris, Institut d'études politiques , dans le cadre de Institut d'études politiques (Paris). École doctorale depuis le 01-10-2011 .


  • Résumé

    Différents régimes de protection sociale, caractérisés par diverses propriétés de partage des risques, sont susceptibles de donner lieu à différents équilibres sociaux. En dépit de leur importance, peu a été fait afin de déterminer les effets distributifs de ces institutions, notamment des régimes d'assurance publique, sur les trajectoires sociales. L'impact de cet ensemble de variables peut être détecté sur deux axes principaux. D'une part, les propriétés de partage des risques du régime d'assurance sociale adopté influencent les décisions des ménages à l'égard de l'accumulation et de la gestion des ressources économiques. D'autre part, la façon dont les institutions de protection sociale font face aux changements socio-économiques détermine le résultant degré d'inégalité intergénérationnelle. L'investissement des ménages dans les générations futures peut assumer différentes formes: capital financier et capital humain. Le premier type d’investissement se traduit dans l'accumulation de richesse à travers l'épargne et dans sa transmission sous forme de legs. Alternativement, les ménages peuvent investir dans l'éducation des descendants afin d'améliorer leurs chances dans la vie active. Le type d’allocation de ressources choisi exerce une influence déterminante sur le résultant degré de mobilité intergénérationnelle. Néanmoins, ces investissements font face respectivement à des risques du marché financier et à la dépréciation du capital humain; les deux, épargne et éducation, sont ensuite soumis aux risques du cycle de vie et en particulier du marché du travail. La question centrale est donc de savoir comment le cadre institutionnel influence les décisions des ménages à l'égard de la gestion de leurs ressources économiques. Je soutiendrai que, dans une économie à marchés incomplets, la façon dont les systèmes d'assurance sociale sont structurés et leur correspondant type de gestion des risques sociaux détermine les décisions d'investissement et, par conséquent, la mobilité intergénérationnelle. En référence à cette hypothèse, un cadre d’analyse comparative est élaboré pour l'étude de quatre pays - Etats-Unis, Suède, Allemagne et Italie - caractérisés par différentes institutions de protection sociale.


  • Pas de résumé disponible.