Les nains et les géants dans la littérature orale malgache : un essai de mythologie comparée

par Stéphanie Hoareau (Grondin)

Projet de thèse en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Bernard Terramorsi.


  • Résumé

    Le choix de travailler, depuis l’île de la Réunion, sur les traditions orales malgaches est une position comparatiste intéressante. Il ne s’agit plus d’une étude Nord-Sud mais d’une exploration du Sud par le Sud et, depuis le Sud. En d’autres termes, c’est une étude intra-indianocéanique, qui visera à créer des ponts d’ une île à l’autre, à partir d’une question à la fois littéraire et anthropologique : les représentations des nains et des géants dans les dits de la Grande Île, leurs spécificités et leurs similitudes avec d’autres mythologies du monde.Les premiers chapitres de ma thèse seront consacrés aux nains et aux géants en Occident. Ils seront classifiés selon leurs formes, leur pays et leurs fonctions. Les références essentielles pour élaborer ce panorama seront Claude Lecouteux, Claude-Claire Kappler et Philippe Walter, médiévistes spécialistes des mythologies populaires européennes, et du conflit majeur existant entre les clercs et un paganisme vivace et indocile. Ce conflit est effectivement présent dans l’Océan Indien, et particulièrement à Madagascar où l’évangélisation imposée dans les années 1830 par la London Missionary Society s’est heurtée à la religion traditionnelle malgache. Je serai donc attentive à l’influence du christianisme sur la mythologie de la Grande Ile, un christianisme qui avait au préalable expurgé les mythologies occidentales, et transformé les dieux et les déesses présents dans la mémoire populaire en créatures merveilleuses des contes de fées. J’effectuerai le même travail avec les mythologies asiatiques parce que d’une part les cultures de l’Océan Indien ont été perméables à l’Asie du sud-est bien avant l’Europe, et d’autre part parce que la langue malgache est d’origine malayo-polynésienne. Ce panorama interculturel me permettra d’évaluer les variations culturelles, les logiques des différents imaginaires et de préparer des grilles d’analyse, des points stables de comparaison avec la culture orale malgache. Je me lancerai ensuite dans une monographie sur les personnages des nains et des géants dans les traditions orales malgaches avant l’évangélisation (XIXème siècle), durant la colonisation (fin XIXème/milieu XXème) et à l’époque postcoloniale. Nous verrons que si chaque conte en Occident possède des personnages aux caractéristiques diverses et variées, le folklore malgache peut faire apparaître le même personnage dans plusieurs récits mais avec des caractéristiques différentes. Nombre de questions se posent alors : Existent-ils des invariants anthropologiques qui expliqueraient la présence d’un personnage-type, avec parfois des fonctions similaires et en dehors de toute influence historique repérable, dans les différentes parties du globe ? Qu’est-ce qu’un nain ou un géant dans la tradition orale malgache ? Un géant européen comme Gulliver peut-il être comparé à des homologues malgaches tels que Darafify ou Trimobé ? Quels points communs existent-ils entre les Quimos, les Vazimba, Darafify, Trimobé ou Rapeto ? Que pouvons-nous dire des différences et ressemblances constatées et analysées ? Cette étude fera dialoguer les différentes cultures afin de cerner la logique des représentations de nains et de géants dans l’imaginaire collectif . Elle aura également pour but de réévaluer la notion d’ « invariant anthropologique ». Jakobson résume cette nécessité de s’intéresser aux invariants en affirmant que « seule l’existence d’éléments invariants permet de reconnaître les variations ». Les textes utilisés pour mener à bien cette recherche seront des relations de voyages modernes (XIXème siècle), des recueils de contes et de légendes malgaches édités, des revues spécialisées, la prise de contact avec des spécialistes de la question comme Claude Lecouteux, et bien entendu la collecte de récits oraux issue de missions sur le terrain. Les outils d’analyses seront la mythocritique, et la psychanalyse.


  • Pas de résumé disponible.