Les figures du narrateur dans Le Bel Inconnu de Renaut de Beaujeu, Florimont d'Aimon de Varennes et Partonopeu de Blois

par Nathalie Leclercq (Perez)

Thèse de doctorat en Littératures française et francophone

Sous la direction de Catherine Croizy-Naquet.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (Paris) , en partenariat avec Centre d'études du Moyen âge (Paris) (laboratoire) et de Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (établissement de préparation) depuis le 28-11-2011 .


  • Résumé

    Les narrateurs du Bel Inconnu de Renaut de Beaujeu, de Florimont, d’Aimon de Varennes et de Partonopeu de Blois se démarquent par leur statut ambigu. Ils posent leur voix dès le prologue et s’affirment à travers un dialogue avec les dédicataires dont la lecture ou l’écoute actualisent le processus narratif. Un transfert à la fois énonciatif et scriptural parachève cette élaboration, offrant la possibilité aux auteurs de se couler dans la fonction du narrateur, appréhendé dès lors comme l’unique médiateur du récit. Dans une perspective plus large, l’intrication des formes et des matières favorise la complexité et la richesse du « je » polymorphe à venir. Les narrateurs deviennent alors conteurs et maîtres d’une narration qu’ils organisent à leur guise. En adoptant des stratégies narratoriales diverses, ils demeurent la voix unique et font figure d’instance narrante surplombante dans une perspective exclusive, globale et cohérente. Mais surtout, ils combinent leur « je » conteur à leur « je » amoureux dont les interruptions au caractère plus intime permettent la réalisation. Le récit subsume ainsi le discours lyrique, le fait sien, l’espace romanesque devenant le lieu d’une mutation lors de laquelle les narrateurs se projettent dans les personnages eux-mêmes, conçus tels des outils au service du « je ». Nous assistons ainsi à une narration plus intériorisée et à la manifestation d’un narrateur-auteur qui, en tant que sujet empirique, se sert de la fiction comme d’un véritable espace d’expérimentation. Cette figure auctoriale se cristallise lorsque le « je » exhibe ses capacités d’écrivain ou lorsqu’il livre des considérations pseudo-autobiographiques semblant marquer le texte du point de vue d’une conscience.

  • Titre traduit

    The role of the narrator in Le Bel Inconnu by Renaut de Beaujeu, Florimont by Aimon de Varennes and Partonopeu de Blois.


  • Résumé

    The narrators in Le Bel Inconnu by Renaut de Beaujeu, Florimont, by Aimon de Varennes and Partonopeu of Blois stand out due to their ambiguous status. They establish their voice in the prologue and assert themselves through a dialogue with the dedicatees, whose reading or listening updates the narrative process. A transfer, which is at the same time enunciative and scriptural, completes this elaboration, offering the authors the possibility to sink into the function of the narrator, understood from then on as the sole mediator of the narrative. From a broader perspective, the entanglement of forms and materials fosters the complexity and richness of the future polymporph "I". The narrators then become storytellers and masters of a narrative that they organise as they see fit. By adopting diverse narratorial strategies, they remain the sole voice and act as an overriding narrative authority from an exclusive, comprehensive and coherent perspective. But above all, they combine their storyteller "I" with their romantic "I" whose interruptions to the more intimate style allow for their realisation. The narrative thus subsumes the lyrical discourse, adopting it as its own, the romantic space becoming the place of change in which the narrators project themselves into the characters themselves, conceived as tools in the service of "I". We are thus witnessing a more internalised narrative and the manifestation of a narrator-author who, as an empirical subject, uses fiction as a truly experimental space. This auctorial figure crystallises when the "I" exhibits his capacities as a writer or when he provides pseudo-autobiographical considerations seeming to mark the text from the point of view of a consciousness.