Le "poème épique moderne" de Baudelaire - la poétique baudelairienne aux environs de 1860

par Yui Oshima

Projet de thèse en Littératures française et francophone

Sous la direction de Dominique Combe.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (....-2015 ; Paris) , en partenariat avec Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité (Paris) (equipe de recherche) depuis le 09-11-2011 .


  • Résumé

    Je m’intéressais particulièrement à la nostalgie et à sa représentation. Dans ma thèse de doctorat, j’ai l’intention de traiter principalement des poèmes dédiés à Victor Hugo en 1859 et des poèmes en prose du dernier Baudelaire. Ceci afin de réfléchir dans une perspective poéticienne plutôt que thématique sur la poésie baudelairienne en tant qu’expression de sa propre nostalgie. Mon travail portera à la fois la genèse des ‘Tableaux parisiens’ et le passage du poème en vers au poème en prose. La raison est qu’il me semble qu’une des tentatives poétiques du dernier Baudelaire est d’achever un double dépassement des genres littéraires : dépassement thématique (une recherche du ‘poème épique lyrique’) et formel (celle du poème en prose). Je réfléchirai donc, si je peux appeler ce but poétique baudelairien le ‘poème épique moderne’, comment le poète le définit-il génériquement et le réalise-t-il finalement. Pour conduire ma réflexion, je déterminerai d’abord la caractéristique de la nostalgie baudelairienne, puis considérerai sur la tentative de créer le ‘poème épique moderne’, et enfin j’analyserai son application au poème en prose. Dans cette réflexion, j’accorde une importance particulière à Euréka, œuvre d’Edgar Poe que Baudelaire traduisit en 1859. Cette ‘prose poetic’ n’est pas sans rappeler les positions critiques baudelairiennes. En effet, on y trouve en particulier les notions de ‘concentration’ et de ‘diffusion’ dont Baudelaire se servira dans son article ‘Victor Hugo’ (1861) recueilli dans Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains ; on peut retrouver aussi la trace de ces notions dans l’élaboration des trois poèmes. En outre, l’écriture de ‘Victor Hugo’ est contemporaine non seulement de la traduction d’Euréka, mais aussi de la préparation des ‘Tableaux parisiens’. Je fais donc l’hypothèse que c’est en s’appuyant sur les idées cosmiques de Poe que Baudelaire réfléchit à la question du poème dans son article sur Victor Hugo ; poème qu’il tente ensuite de réaliser dans ses dernières œuvres, c’est-à-dire son propre ‘poème épique moderne’.


  • Pas de résumé disponible.