Récits de la tragédie coloniale—Ghassan Kanafani et Émile Habiby—, avec une référence à John Milton

par Hadil Karkar

Thèse de doctorat en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de Jean Bessière et de Chantal J. Zabus.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (Paris) , en partenariat avec Centre d'études et de recherches comparatistes (Paris) (laboratoire) depuis le 28-11-2011 .


  • Résumé

    Notre travail propose d’introduire le concept de Tragédie Coloniale en tant que nouvelle catégorie littéraire et en tant que perspective permettant l’approche de la littérature palestinienne écrite pour, autour et suite à la Nakba palestinienne de 1948. Il considère le colonialisme d’expropriation/occupation au prisme du Paradise Lost de John Milton, œuvre fondatrice du moment colonial, et explore les stratégies discursives et les mécanismes littéraires qui émergent du contexte des œuvres et renseignent sur les modalités de la praxis et de la critique. Dans et à partir des textes de Ghassan Kanafani, nous explorons la constitution de ce que nous appelons le texte guerrier, c’est-à-dire une praxis littéraire dans la quête de la survie et de l’émancipation. Kanafani a recours aux ruptures discursives comme mécanisme littéraire mettant en lumière l’interaction entre la conscience politique, l’injustice sociale et la puissance du texte littéraire. Le texte d’Émile Habiby, quant à lui, traite de la description d’un paysage rasé, de la fabrication du sujet colonisé et de la manipulation de la conscience collective, dans le même contexte de colonisation. Habiby explore la manière dont les modes institutionnalisés de pouvoir et de gouvernance asservissent le « peuple de cette terre », modifiant sa propre conscience politique de manière à l’amener à vouloir obtenir la reconnaissance du colonisateur.

  • Titre traduit

    Narrating Colonial Tragedy—Ghassan Kanafani and Emile Habiby—, with Reference to John Milton


  • Résumé

    This work introduces Colonial Tragedy as a novel literary category and a perspective from which to approach Palestinian literature written for, about and after the Palestinian Nakba of 1948. Our study takes settler-colonialism as a paradigm for analysis where we refer to the steering rationale behind settler-colonialism as laid out in Paradise Lost by John Milton, explore the discursive strategies and literary mechanisms emerging from the literary environment of the text, and informing modes of praxis and criticism. It explores the formation of the text we describe as the Warrior Text that express our reading of Ghassan Kanafani, as a literary praxis in the quest for survival and emancipation. Kanafani resorts to discursive ruptures as a literary mechanism shed light on the interrelation between political consciousness, social injustice and literary agency. Emile Habiby’s text, meanwhile, addresses the description of an eliminated landscape, the making of the colonized subject and the manipulation of collective consciousness in a settler-colonial setting. Habiby explores how institutionalized modes of power and governance subjugate ‘the people of the land’, and their own political shifts to attain recognition from the colonizer.