La poétique de la dérive dans la littérature contemporaine (Laurent Mauvignier, Imre Kertész, Lin Bai)

par Fanny Fontaine

Thèse de doctorat en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de Yinde Zhang.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (....-2015 ; Paris) , en partenariat avec Centre d'études et de recherches comparatistes (Paris) (equipe de recherche) depuis le 30-11-2011 .


  • Résumé

    Cette thèse s’attache à étudier la notion de dérive, à travers un corpus de récits français, hongrois et chinois écrits respectivement par Laurent Mauvignier, Imre Kertész et Lin Bai, et parus entre les années 1990 et 2014. Conçue par Guy Debord comme l’outil principal pour appréhender le relief psychogéographique de la ville, la dérive permet d’étudier, au sein des fictions contemporaines, l’importance de l’errance des personnages qui sont privés d’existence et donc de territoire : leur identité n’est plus fixée par un lieu, mais dissoute dans des lieux multiples ou des non-lieux. Nous nous attacherons donc à étudier en termes topographiques la brisure du lien entre le sujet et son territoire, comme premier symptôme d’une crise de l’identité. Cette perte du lieu invite ensuite à se pencher sur les manifestations de la disparition de soi, du malaise existentiel jusqu’aux formes de dissolution fantomatique du sujet. Enfin, la dérive pose la question éminente de la représentation car il s’agit de mettre des mots sur une identité flottante, qui a perdu le sens de l’existence comme de la parole : comment exprimer ce flottement, comment figurer la reconstruction du sujet contemporain ? Notre thèse s’appliquera à montrer en quoi la dérive constitue une véritable poétique, une vision aquatique du monde et de la littérature.

  • Titre traduit

    Poetics of the drift in contemporary literature (Laurent Mauvignier, Imre Kertész, Lin Bai)


  • Résumé

    This thesis aims to study the concept of drift, through a corpus of French, Hungarian and Chinese texts written by Laurent Mauvignier, Imre Kertész and Lin Bai, and published between the 1990s and 2014. Described by Guy Debord as a key word to experience the psychogeographic dimension of the city, the drift enables to study, through contemporary fictions, the important wandering of characters because they are deprived of existence and thus of a territory : their identity is no more attached to a place, but dissolved in many places or what is called non-places. We will thus study a topography of the gap between the self and its territory, as a first signal of an identity crisis. Then, this loss of a location invites us to focus on all the symptoms of the disappearance of the self, from living distress to any kind of ghostly dissolution of the self. Finally, the concept of drift questions representation because the writers have to express a floating identity, which has lost the meaning of existence and the meaning of language : how express this movement, how figure out the reconstruction of a contemporary self? Our thesis will show how the drift is a real poetics, an aquatic vision of the world and of literature.