La naissance de la mise en scène en Italie. Luigi Pirandello. Anton Giulio Bragaglia. Silvio D’Amico.

par Claudio Pirisino

Projet de thèse en Etudes théâtrales

Sous la direction de Marco Consolini.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Arts & médias (2009-2015 ; Paris) depuis le 09-11-2011 .


  • Résumé

    La figure du metteur en scène s’affirme en Italie définitivement en 1947, avec la création du Piccolo Teatro de Milan, voulu par Giorgio Strehler et Paolo Grassi. Le retard par rapport au cadre français ou à celui de l’Allemagne est important, si on pense à l’expérience de Jacques Copeau, d’André Antoine et Max Reinhardt. Sans oublier Konstantin Stanislavskij en Russie et Edward Gordon Craig en Angleterre.Les premières décennies du XX siècle ont vu, dans le cadre italien, plusieurs tentatives de rompre avec la tradition des troupes, de renouveler le répertoire et la scène. Les revues spécialisées à travers lesquelles des hommes de théâtre de l’époque intervenaient sont nombreuses. Elles animaient des débats autour de la nécessité de créer un théâtre d’État, et donc une école pour former des acteurs, et du rôle du metteur en scène. Ceux qui ont le plus contribué, du point de vue théorique et pratique, à donner une réponse à ces problèmes, sont Luigi Pirandello, Anton Giulio Bragaglia et Silvio D’Amico. Pirandello, Bragaglia et D’Amico étaient des figures très influentes dans la culture italienne de l’entre-deux-guerres. Ils ont reconnu plus que d’autres le poids de la mise en scène, tout en proposant des solutions différentes.Leurs essais, leurs articles, leurs correspondances et leurs spectacles témoignent de l’enquête autour de ce nouveau professionnel (le metteur en scène), dont le nom (regista) paraît seulement dans les années 1930.


  • Pas de résumé disponible.