Motivation et contrôle cognitif chez des personnes souffrants de schizophrénie

par Chloé Duboc

Projet de thèse en Neuroscience cognitive

Sous la direction de Nicolas Franck.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de Nesco depuis le 02-11-2011 .


  • Résumé

    Jusqu'à présent l'étude des fonctions exécutives chez les patients souffrants de schizophrénie s'appuyait essentiellement sur l'évaluation des processus cognitifs nécessaires à la mise en œuvre de réponses nouvelles, nécessitant un contrôle cognitif plus important que pour la réalisation de tâches routinières. Des études récentes ont tenté de modéliser le fonctionnement du contrôle exécutif. Le modèle proposé par Koechlin et al. (2007) proposent 3 niveaux de contrôle de l'action. Un premier niveau sensorimoteur, un niveau de contrôle contextuel et un niveau de contrôle épisodique. Les travaux de Chambon et al. (2008) ont mis en évidence une défaillance du niveau de contrôle contextuel dans la schizophrénie, tandis que le contrôle épisodique et le contrôle sensorimoteur sont préservés. Par ailleurs, les troubles de la motivation font partie des symptômes négatifs fréquents dans la schizophrénie (Barch et al. 2010). Les travaux de Kouneiher et al. (2009) envisagent une organisation du contrôle motivationnel parallèle à celle du contrôle exécutif. Autrement dit, il existerait un contrôle motivationnel contextuel et un contrôle épisodique lesquels sont sous-tendus par des régions activées de façon parallèles. Il existerait donc une organisation hiérarchique du contrôle motivationnel qui modulerait la réponse du contrôle exécutif.Notre étude a pour objectif d'étudier le contrôle motivationnel et son interaction avec le contrôle exécutif chez les patients souffrant de schizophrénie. Une meilleure compréhension des mécanismes motivationnels est un aspect important dans le traitement des troubles schizophréniques. Il nous semble indispensable de mieux évaluer ces mécanismes dans la pratique clinique.Cette étude est constituée d'une tâche expérimentale présentée sur écran. La modélisation de la tâche permet de mettre en jeu les différents niveaux de contrôle exécutif et motivationnel. La motivation est induite par une récompense ou une pénalité selon que la réponse est juste ou fausse lors de certains stimuli et peut varier sur 2 niveaux correspondant au contrôle contextuel ou épisodique.


  • Pas de résumé disponible.