Construction sociale du stress professionnel, de son impact sur la santé au travail, analyse comparative entre les chauffeurs routiers indépendants "tractionnaires/transporteurs", et les chauffeurs salariés.

par Raphaël Pirc

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Ali Aït Abdelmalek.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 15-11-2011 .


  • Résumé

    L'objet de notre thèse consistera à étudier, selon une méthodologie qualitative, les constructions sociales du stress, chez les chauffeurs routiers de zones moyennes et longues, selon deux modalités, qu'ils soient salariés d'une entreprise, ou indépendants. Nous émettons comme hypothèse que la prise de risque est plus élevée chez les seconds pour des raisons financières, et que leur santé au travail est plus dégradée que leurs confrères salariés. Cela, selon un cadre théorique en sept points que nous avons définis au préalable. Mais, en premier lieu, la question fondamentale, de quoi parle-t-on lorsque nous évoquons, le stress au travail ? Comment s'articule-t-il, en second lieu, avec les organisations du travail, en particulier dans celles du transport routier ? Et enfin, en troisième lieu, que peut-on en dire sur nos deux publics cibles, selon notre analyse de leur rapport au stress ? Ainsi, trois étapes qui nous permettront d'avoir un regard sociologique sur cette problématique, qui relatent d'autant d'intérêts épistémologiques. En effet, le premier est de nous intéresser à la question du stress chez les chauffeurs routiers, l'un et l'autre sont peu examinés par la sociologie. Le deuxième intérêt, est d'examiner une catégorie socioprofessionnelle peu étudiée : les travailleurs indépendants. En ce sens que, malgré l'existence de nombreux tests d'évaluation du stress, peu d'entre eux sont conçus pour ces derniers. Enfin, le troisième intérêt, nous comptons, au cours de notre étude, avoir un regard transdisciplinaire sur la problématique du stress au travail. Il s'agira de nous appuyer notamment sur la médecine du travail, la psychologie, et les travaux déjà effectués par la sociologie. C'est ainsi que nous pensons développer sociologiquement la question du stress au travail, durant ces trois prochaines années de thèse.


  • Pas de résumé disponible.