Les Français engagés dans le Special Operations Executive : parcours, engagements et actions (1940-1945).

par Yazid Alili

Projet de thèse en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Jean-François Muracciole.

Thèses en préparation à Montpellier 3 , dans le cadre de Langues, littératures, cultures, civilisations - ED 58 depuis le 12-01-2012 .


  • Résumé

    Le 22 juin 1940, l’armistice est signé à Rethondes entre les représentants du IIIe Reich et le gouvernement français. Les hommes d’Etat et les officiers britanniques présents à Bordeaux afin de maintenir les liaisons franco-britanniques, évacuent dès le 17 juin. Parmi eux, le général Spears emmène à Londres, un officier français récemment promu au grade de général de brigade, Charles de Gaulle. Le 18 juin 1940, le général de Gaulle lance sur la B.B.C. son appel aux Français à continuer la lutte contre l’Allemagne nazie. Cet appel répété depuis Londres va être à l’origine de la constitution des Forces Françaises Libres dirigées par le général de Gaulle. Des mouvements de résistance à l’occupation nazie se forment spontanément sur le territoire national dès la fin de l’année 1940. En septembre 1940, Emmanuel d'Astier de la Vigerie fonde à Cannes le mouvement La Dernière Colonne, qui se destine au sabotage. Le capitaine Henri Frenay constitue en novembre 1940, le premier noyau de militants à l'origine du Mouvement de Libération Nationale. Jean-Pierre Lévy co-fonde en 1941, le mouvement Franc-Tireur en compagnie d’Auguste Pinton, Noël Clavier et Jean-Jacques Soudeille. La chute militaire de la France et l’armistice signé avec l’Allemagne nazie entraînent une redéfinition de la stratégie militaire britannique. La menace est là, imminente et mortelle, l’invasion de l’île. La maîtrise du ciel devient l’enjeu majeur pour les Britanniques. La bataille d’Angleterre s’engage entre la Royal Air Force (R.A.F.) et la Luftwaffe. Le 20 août 1940, Winston Churchill dans son discours à la Chambre des Communes célèbre le courage des pilotes de la R.A.F. dans les termes suivants : « Never in the field of human conflict was so much owed by so many to so few » (Jamais dans l'histoire des guerres un si grand nombre d’hommes n’a été redevable à un si petit nombre). L’imminence du danger pousse les cercles officiels britanniques à s’intéresser à une nouvelle forme de guerre : la guerre subversive. Il s’agit de constituer des unités pouvant conduire des opérations clandestines sur le territoire de l’Allemagne et sur l’ensemble des territoires occupés. Les objectifs sont d’attaquer des cibles économiques allemandes, de mener des actions visant à affaiblir le moral de la population allemande et surtout de propager, sur l’ensemble du continent, le vent de la révolte et de la résistance. Le 19 juillet 1940, le Special Operations Executive (S.O.E.) est créé par Winston Churchill afin de répondre à cette stratégie de la subversion et du sabotage. Il est, avec l’Intelligence Service, l’un des deux grands services secrets britanniques engagés dans le combat armé. Le S.O.E. déploie son activité sur l’ensemble des territoires occupés par les forces de l’Axe. En France, les services secrets britanniques endossent une triple mission : tout d’abord, recueillir des informations sur les préparatifs d’un débarquement allemand sur les côtes britanniques, ensuite, créer et équiper en armes des réseaux capables de mener des opérations sur l’ensemble du territoire et enfin, mettre en place des circuits d’évacuation pour les personnes recherchées. Des Françaises et des Français font le choix de rejoindre le Special Operations Executive pour lutter contre l'occupant allemand.


  • Résumé

    On June 22nd, 1940, the armistice is signed in Rethondes between the representatives of Third Reich and the French government. The statesmen and the British officers present in Bordeaux in order to maintain the Franco-British connections, evacuate by June 17th. Among them, the General Spears takes along to London, a French officer recently promoted with the rank of General de brigade, Charles de Gaulle. On June 18th, 1940, the General de Gaulle launches on the B.B.C his appeal for the French to continue the fight against the Nazi Germany. This call repeated from London will be at the origin of the constitution of the Free French Forces directed by the General de Gaulle. Resistance movements with the occupation Nazi are formed spontaneously on the national territory as of the end of the year 1940. In September 1940, Emmanuel d' Astier of Vigerie founds in Cannes the movement La Dernière Colonne, which is intended for sabotage. The captain Henri Frenay constitutes in November 1940, the first core of militants at the origin of the National liberation movement. Jean-Pierre Levy co-founds in 1941, the Franc-Tireur movement accompanied by Auguste Pinton, Noël Clavier and Jean-Jacques Soudeille. The military fall of France and the armistice signed with the Nazi Germany involve a redefinition of the British military strategy. The threat is there, imminent and mortal, the invasion of the island. The control of the sky becomes the major stake for the British. The battle of England begins between Royal Air Force (R.A.F.) and Luftwaffe. On August 20th, 1940, Winston Churchill in his speech with the House of Commons celebrates the courage of the pilots of the R.A.F in the following terms: “Never in the field of human conflict was so much owed by so many to so few”. The imminence of the danger pushes the British official circles to be interested in a new form of war: the subversive war. It is a question of constituting units being able to lead clandestine operations on the territory of Germany and the whole of the occupied territories. The objectives are to attack German economic targets, to conduct actions aiming to weaken the moral of German population and especially to propagate, on the whole of the continent, the wind of revolt and resistance. On July 19th, 1940,the Special Operations Executive (S.O.E.) is created by Winston Churchill in order to answer this strategy of subversion and sabotage. It is, with the Intelligence Service, one of the two great British secret services engaged in the armed combat. The S.O.E deploys its activity on the whole of the occupied territories by the forces of the Axis. In France, the British secret services endorse a triple mission: first of all, to collect information on arrangements of a German unloading on the British coasts, then, to create and to equip out of weapons with the networks able to conduct operations on the whole of the territory and finally, to set up circuits of evacuation for the required people. Frenchwomen and Frenchmen make the choice to join the Special the Operations Executive to fight against the German occupant.