La famille en représentation : séries télévisées et cadre domestique

par Juliette Engammare

Projet de thèse en Etudes cinématographiques et audiovisuelles

Sous la direction de Guillaume Soulez.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Arts & médias (2009-2015 ; Paris) depuis le 16-11-2011 .


  • Résumé

    Il peut sembler opportun de s’attarder sur l’idée de co-construction qu’engendre la relation spectateur/film, contexte/texte. Il s’agira donc de tenter l’expérience d’une confrontation. La famille réelle confrontée à la famille fictionnelle par écran interposé. Pour argumenter ce point de vue nous tâcherons d’analyser l’interaction entre plusieurs familles et leurs séries de prédilection à l’instar de La petite maison dans la prairie, Malcolm (dont on verra qu’il est le parfait contrepied trash, contemporain et masculin de La petite maison), et Desperate Housewives, trois séries canoniques en termes de représentations familiales et fortement plébiscitées par toutes les chaînes du groupe M6. Car il va de soi que regarder une série en groupe peut annihiler notre idiosyncrasie au point de littéralement faire basculer chaque émotion dans le sens opposé. En effet, comment s'effondrer quand chacun s’esclaffe et inversement ? N’allons-nous pas imiter un comportement par amour propre ou par peur d’être démasqué, soumis à un jugement pérenne? Où notre plaisir puise-t-il sa source ? Aimons-nous simplement être en famille, auquel cas la série n’est qu’un prétexte, être exposé en tant que membre d’une communauté, sentir qu’on existe, observer impunément et aisément ses congénères tandis qu’ils sont captivés par les images, ou bien seul le spectacle audiovisuel compte ? Il semble plus évident qu'il existe deux spectacles: le premier, inhérent au cadre domestique, au problème de posture, sorte de mise en scène de la vie quotidienne et le second, derrière l’écran et, probablement, tremplin du premier. Nous approfondirons cette analyse dramaturgique de la réception au sein de sept familles du Nord-Pas-de-Calais férues des trois séries du corpus choisi. Tout en jouant les ethnographes, nous décrypterons ces portraits de famille, ces «jeux des sept familles», ces mises en scènes corrélées, interdépendantes. Ce travail a donc pour ambition de rendre compte de la situation du spectateur, a fortiori quand on sait que converser au sujet de l’effet qu’un objet audiovisuel nous procure revient finalement moins à parler de lui qu’à parler de soi.


  • Pas de résumé disponible.