Pour une nouvelle histoire des objets : réévaluation, classement et recyclage dans l'oeuvre poétique de Derek Mahon

par Marion Naugrette

Projet de thèse en E

Sous la direction de Carle Bonafous-Murat.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Études anglophones, germanophones, et européennes (2009-2015 ; Paris) , en partenariat avec Langues, Textes, Arts et Cultures du Monde Anglophone (equipe de recherche) depuis le 26-07-2011 .


  • Résumé

    Ce travail s’intéresse à l’esthétique des objets et des choses dans l’oeuvre poétique de Derek Mahon. On constate en effet une véritable prolifération des objets dans ses poèmes, dont l’importance est telle qu’ils monopolisent la parole poétique au point de voler la parole au poète lui-même, et de devenir les sujets lyriques du poème, comme dans « The Apotheosis of Tins » ou « The Drawing Board ». Les objets deviennent la synecdoque du Je poétique, et reflètent les ambiguïtés de leur créateur, notamment vis-à-vis de l’Histoire et du conflit nord-irlandais, conflit qui selon les termes de Mahon lui-même, a eu pour conséquence de provoquer, dans son oeuvre, ce qu’il nomme une « aphasie coloniale ». Les objets seraient-ils alors pour le poète un moyen détourné d’exprimer une parole poétique qu’il se refuse à assumer ? Le recours à la parole des objets aurait alors une vertu thérapeutique, et permettrait au poète de surmonter le traumatisme du conflit nord-irlandais qu’incarnent les Troubles, ainsi que de se libérer de l’emprise de son milieu protestant nord-irlandais, afin d’élaborer une poétique des objets qui lui serait propre. En nous appuyant sur des ouvrages des material culture studies, nous verrons comment Mahon tente de s’extraire d’objets qui lui semblent trop « étiquettés ». Nous étudierons notamment le rapport de Mahon aux déchets ou disjecta, qui représentent la pierre angulaire de sa nouvelle classification poétique des objets. Il faut également distinguer chez Mahon les objets des choses, auxquelles il attribue une valeur différente. Nous tentons d’établir, à travers une perspective à la fois philosophique, esthétique et économique, comment Mahon choisit de ne pas faire coïncider la valeur économique et la valeur esthétique d’un objet, par un double procédé de réévaluation puis de recyclage poétique de l’objet en chose. C’est le statut problématique de l’objet et de la nouvelle dimension que Mahon lui attribue dans son oeuvre poétique que nous nous proposons d’étudier.

  • Titre traduit

    Towards a New History of Objects : reevaluating, Classifying and Recycling Processes in the Poetic Works of Derek Mahon


  • Résumé

    This thesis explores the aesthetics of objects and things in the poetic works of Derek Mahon. We cannot but be struck by the impressive array of objects in his poems, where they seem to literally monopolize the poetic voice, and almost steal the poet’s firmly established position. Objects in Mahon’s poetry become the true lyrical “I” of the poem, as in “The Apotheosis of Tins” or “The Drawing Board”. Objects are considered as the mouthpiece for the poet’s own preoccupations and ambiguities, especially apropos his attitude towards History and the Troubles in Northern Ireland (this conflict has even provoked on Mahon’s part what he calls a “colonial aphasia” syndrome). We might then assume that objects represent a disguised opportunity for the poet to express his own thoughts about the conflict, but also about other issues as well, economic as well as environmental. Speaking through objects might then enable the poet to overcome his trauma due to the conflict, as well as liberate himself from his own Protestant Northern Irish milieu, in order to conceive his own aesthetics of objects, and even an Aesthetics of Trash, as Hugh Haughton has called it. Thanks to some recent writings in the field of material culture studies, we will endeavour to study how Mahon is actually trying to escape in his poetry from “(Northern) Irish objects”, and how he finds in beckettian disjecta or rubbish the possibility of freedom, as well as the possibility of a new, post-human world. We will also seek to distinguish between objects and things, which Mahon values differently. We shall try to demonstrate, by using a philosophical, but also an economic and aesthetical perspective, how Mahon chooses to differentiate between the economic and the aesthetical value of an object, by reevaluating it before recycling it, opening the possibility of the transformation of the object into the thing. It is the problematical status of the object and the new dimension that Mahon allows it to take that we intend to study in this thesis.