Interpretation et croyance, recherches philosophiques.

par Melanie zita Dioba

Projet de thèse en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Christian Berner et de Philippe Sabot.

Thèses en préparation à Lille 3 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord) depuis le 01-10-2011 .


  • Résumé

    Il s’agit d’approfondir des questions relevant de la philosophie de la religion, en entrant plus en avant dans les domaines de l’herméneutique et de la phénoménologie.Trois pistes de travail seront ainsi ouvertes à partir d’Origène, Nietzsche et Husserl, en s’appuyant sur des textes très délimités : trois volumes d’homélies sur l’Ancien Testament, avec l’étude de de Lubac, puis les § 1-12 de la Naissance de la tragédie, enfin plusieurs textes de Husserl sur la part de croyance dans la perception.Premièrement, l’herméneutique permettra de mettre en évidence le rapport toujours constant entre la lettre et l’esprit. Ce rapport qui souligne sans cesse une figuration et une préfiguration du Christ à travers les Ecritures, puisqu’elles le signifient de toute part. On assiste ainsi au dévoilement d’un sens spirituel et mystique dont le seul garant de l’interprétation est l’Esprit Saint, étant donné qu’il en est le guide. La deuxième perspective envisagée s’accentuera sur la mise en parallèle de l’art et la croyance religieuse. La philosophie de l’art revêtant ici un statut de nécessité à l’interprétation, telle qu’on le voit à travers les textes de Nietzsche, qui consacrent l’art et la religion comme des voiles dont il faut découvrir le sens caché. Son interprétation de l’essence de l’art grec comme vision tragique de l’existence invite à un retour à la tragédie grecque afin de comprendre la nécessité de l’illusion et le rapport entre le besoin religieux et l’expression artistique.Enfin, en entrant dans un horizon purement phénoménologique, nous analyserons la perception avec sa part d’engagement et de conviction. Parce que la réalité se donne toujours dans une pluralité de champs sensoriels et une multiplicité d’aspects, cela requiert une activité de synthèse sur le fond d’une croyance en l’objet un et inépuisable. Ce qui montre que la perception est à la fois interprétante et croyante


  • Pas de résumé disponible.