Fluctuations du matériau théâtral chez Kossi Efoui : poétique d’interpénétration pluridisciplainaire et de co-inspiration structurée par le compagnonnage au théâtre

par Pénélope Dechaufour

Projet de thèse en Etudes théâtrales

Sous la direction de Sylvie Chalaye.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Arts & médias (2009-2015 ; Paris) depuis le 08-11-2011 .


  • Résumé

    C’est le travail de co-inspiration que mène la compagnie Théâtre Inutile et l’uateur Kossi Efoui, à travers sa matérialisation scénique qui a inspiré notre désir de consacrer une thèse à la thématique du matériau théâtral et à tous les enjeux qu’elle relaye, c’est-à-dire toutes les micros-structures qui entrent en connexion afin d’aboutir à la création d’un spectacle. Il nous semble intéressant de se pencher sur le passage du texte à la scène mais plus précisément, de la mise en matière d’une œuvre et c’est ce à quoi conduit le compagnonnage en tant que travail de mise en scène récurrente d’une esthétique d’auteur. Nous nous interrogeons sur cette relation particulière et persistante entre un auteur et un metteur en scène et, dans le cas de Théâtre Inutile, qui abolit les principes hiérarchiques, entre un auteur et une compagnie. Tous ces univers fonctionnent donc dans une dynamique de co-inspiration qui amène chacun à modifier sa matière première. Ainsi, cette thèse s’intéressera aux enjeux même de la création théâtrale en l’envisageant sous tous les angles de ses tenants et de ses aboutissants. Nous inscrirons notre démarche dans une approche pluridisciplinaire car nous aborderons l’œuvre littéraire de Kossi Efoui en elle-même, prise comme une matière théâtrale en perpétuelle mutation mais nous aborderons également son écriture à travers le prisme de l’expérience artistique. C’est ce qui nous amènera à nous interroger personnellement sur toutes les autres formes artistiques qui se retrouvent d’une manière ou d’une autre, souvent de manière déconstruite et hétéroclite, dans l’univers éfouien. Nous verrons donc les formes d’arts et les artistes qui influencent sa démarche mais aussi ceux qui influencent la nôtre, c’est-à-dire quelles autres traces artistiques nous décelons et ce que nous évoquent les œuvres de Kossi Efoui. Cette thèse s’inscrit donc dans une démarche à mi-chemin entre la pratique et la théorie théâtrale. Dans le cadre de la focalisation autour de Kossi Efoui, l’intérêt est d’enrichir les recherches qui commencent à se mettre en place ces dernières années par le biais du laboratoire SeFeA dont nous rejoignons les problématiques en nous intéressant à la question du corps, traduit ici par la notion de matériau et le medium marionnettique qui sera un des grands pans de notre recherche. La thématique du mouvement rejoint le programme Dramaturgies du marronnage : le corps théâtre du drame, qui interroge le corps, « corps comme champs de bataille », ou comme « espace d’écriture » à la fois champ, chant, et chantier. Nous verrons donc comment la matière se métamorphose pour créer une véritable poétique, un langage et un matériau inédit naissant du donné hétéroclite qui entre inévitablement en contact. Nous observerons comment un texte se soumet à la matière plastique, à l’environnement pour rejoindre l’idée d’un Théâtre Tout Terrain et de ses enjeux mais aussi aux différentes matières littéraires qui peuvent s’interpénétrer dans l’écriture comme c’est le cas chez Kossi Efoui qui rompt de plus en plus la scission roman/théâtre c’est pourquoi notre corpus se compose de toute la bibliographie de Kossi Efoui : roman, théâtre, nouvelles...L’idée de mutation de la matière souligne le côté polymorphe de la démarche artistique, mais aussi scientifique car nous voyons nous même notre matière évoluée sous l’influence de ce que nous évoquent les objets observés. C’est pourquoi nous souhaiterions également nous inscrire dans une démarche pluridisciplinaire comparatiste en confrontant les textes et les spectacles aux univers que sont la danse, à travers Pina Bausch notamment, la musique en abordant le blues et ses mécanismes ou encore les arts plastiques par le biais de Francis Bacon dont les œuvres relèvent pour nous d’une poétique proche de celle de Kossi Efoui et de celle qu’inspirent ses écrits aux créateurs de spectacles. Il s’agira donc d’analyser où et comment se rejoignent ces différents univers afin d’en dégager des grandes lignes de préoccupations contemporaines autour de l’humain qu’expriment plasticiens, chorég


  • Résumé

    Raphes, metteurs en scène, scientifiques, musiciens, écrivain, philosophes, anthropologues…