La défense de l'île de Chypre sous la domination franque de 1192 à 1489

par Cécile Khalifa

Thèse de doctorat en HISTOIRE spécialité Histoire médiévale

Sous la direction de Isabelle Augé.

Thèses en préparation à Montpellier 3 en cotutelle avec l'Université de Chypre , dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations (Montpellier ; 2015-....) , en partenariat avec CEMM - Centre d'Etudes Médiévales de Montpellier (laboratoire) depuis le 01-10-2011 .


  • Résumé

    Après son installation à Chypre en 1192 en tant que suzerain de l’île, Guy de Lusignan centralise l’autorité militaire, afin d’instaurer la défense de sa nouvelle possession. En effet, l’île de Chypre a toujours fait l’objet de convoitises et de conquêtes. Poste avancé en Méditerranée, l’insularité de Chypre lui confère une protection naturelle face à ses voisins, ce qui ne l’empêche pas de subir des raids et des attaques de la part de ses voisins continentaux. Sous la souveraineté de l’Empire byzantin jusqu’au VIIe siècle, elle est conquise en 645 par les Arabes, puis récupérée en 965 par Nicéphore II Phocas. L’île accueille des guerres sur son sol au VIIe siècle, mais également des révoltes urbaines, notamment au XIe siècle. Ces révoltes isolées sont dues pour la plupart à l’éloignement de l’Empire. Les Chypriotes, Grecs pour la majorité d’entre eux, manifestent leur attachement à Byzance et rejettent de ce fait l’usurpation d’Isaac Comnène en 1184. Ce dernier est la cause de la guerre qui marque l’entrée de l’île de Chypre dans la domination Latine en 1192. Bien que les Croisés font escale à Chypre depuis le XIe siècle, l’île entre dans l’aire géographique occidentale avec la conquête du roi Richard Cœur de Lion de mai à juin 1192. Après une administration courte et peu adaptée de la part des Templiers, le roi Guy de Lusignan installe une politique tournée vers la défense de l’île de Chypre. Cette thèse a pour but de démontrer que les prérogatives militaires concentrées dans les mains des souverains latins ont créé une force armée aux caractéristiques permanentes, dévouée à la royauté. Bien que l’île ne subisse pas de guerres sur son sol avant le milieu du XIIIe siècle, et même si les rois n’ont pas à réprimer les rébellions de la population non latine, Guy de Lusignan prend des mesures pour assurer la défense de l’île en cas de conflit. Les lois mises en place par le suzerain durent tout au long des quatre siècles de domination latine. L’armée sert d’institution d’intégration pour les minorités orientales, mais aussi pour la population grecque. Ainsi, la royauté utilise l’armée pour renforcer son prestige auprès des indigènes. Guy de Lusignan s’inspire de plusieurs influences pour mettre en place l’institution militaire. L’un de ces modèles controversé est révélé par le chroniqueur Léontios Machairas. Le suzerain de l’île, selon Machairas, se serait inspiré de Saladin pour gouverner Chypre et instaurer le régime féodal, dont le symbole est le lien entre les rois et leurs chevaliers. Or, cette influence est contestable par la teneur des lettres qui sont décrites dans leur totalité par le chroniqueur. On n’en a trouvé aucune trace ailleurs. Cependant, l’étude de ces lettres permet d’obtenir des précisions sur le régime féodal mis en place par Guy de Lusignan et révèle la connaissance de ce régime par le chroniqueur Grec. Le régime féodal se manifeste par les liens qui unissent les liges et le roi de Chypre. C’est à ces liges que le suzerain confie les offices militaires et qui incarnent la féodalité. Venus dans l’île à l’appel de Guy de Lusignan, les chevaliers sont ceux qui transmettront les offices à leurs familles, créant ainsi une tradition pérenne. La transmission des offices génère une stabilité dans le commandement de l’armée et une noblesse sur laquelle les rois s’appuient pour diriger l’armée. À son avènement, Guy de Lusignan souhaite renforcer le prestige des Latins aux yeux de la population de l’île. La méfiance de la population Grecque et Indigène envers les Templiers s’estompe, car le roi ne balaie pas les acquis de la domination byzantine. L’armée permet aux Indigènes et à la population grecque de connaître une ascension sociale en obtenant des offices mineurs. Au XIVe siècle, Thibald Belfarage, un roturier de rite melkite, obtient même un office latin de grande importance, celui de Turcoplier. La physionomie des fortifications militaires sera également étudiée afin de démontrer que certains renforcements et divers programmes de modification ou consolidation ont été entrepris dès le début des règnes des rois Lusignan. Bien que n’étant pas dédiées uniquement à la défense, les forteresses ont fait l’objet des convoitises des conquérants de l’île. Ainsi, les rois ont placé à la tête des forteresses des capitaines, des châtelains qui les représentaient, mais qui ont défendu les lieux pour les souverains. Durant la guerre des Ibelin et des Impériaux au XIIIe siècle, le roi de Chypre, encore mineur, ne peut commander les forteresses. Le seigneur de Beyrouth les défend au nom du roi, mais ne les rend pas à l’empereur Frédéric II qui en réclame l’usage, possédant la suzeraineté du royaume de Chypre. À partir de la conquête de Richard Cœur de Lion, l’île est plus exposée aux Croisades, accueillant les armées latines sur son sol. L’armée de Chypre combat avec les armées des Croisés et est célébrée par les souverains. La sagesse et la patience des rois de Chypre tempèrent parfois l’impatience des Croisés nouvellement arrivés en Terre sainte. Dès le XIIIe siècle, les rois sont très tôt investis par la papauté dans le rôle de défense et de protection de la Terre Sainte. Ce rôle se poursuit jusqu’à la chute de Saint-Jean d’Acre en 1291, qui arrête les Croisades en Syrie Palestine. Cependant, la Papauté entérine le rôle des rois de Chypre comme protecteurs de la Terre sainte en leur octroyant des secours. Les rois de Chypre tiennent ce rôle, aux côtés de Louis IX en 1249. L’idée de croisade afin de reprendre la Syrie Palestine aux Mamelouks, ne s’éteint pas, car au siècle suivant, le roi Pierre Ier ranime l’idée de Croisade. Ses exploits sont magnifiés par le chevalier Philippe de Mézières et le meurtre du roi Pierre I provoquera des remous en Occident. L’autorité centralisée connaît des faiblesses en raison de la minorité des rois ou des régences, voire des conquêtes. Le XIIIe siècle est représentatif des conflits liés aux minorités. L’armée s’affaiblit car elle est privée d’une autorité forte. La guerre contre les Génois affaiblit une première fois l’armée, car le roi a recours à un recrutement de masse pour défendre les fortifications militaires et civiles, alors que ce n’est pas le cas auparavant. L’institution militaire s’effondre au XVe siècle, après la défaite du roi Janus à Chirochitia face aux Mamelouks en 1426. La crise que connaît l’île au XVe siècle, durant la guerre fratricide que se livrent le futur roi Jacques II et Charlotte de Lusignan, entérine l’effondrement de la force militaire. En effet, l’armée se divise, en prenant parti pour l’un ou l’autre des souverains. Quelle est la nature de cette armée qui appuie les velléités des souverains de l’île dans le souhait de reconquête de la Terre Sainte dans les croisades tardives ? Quelles sont les caractéristiques qui font d’elles une armée permanente, bien avant les premières armées occidentales permanentes ? Bien que les Lusignan gouvernent un royaume qui soit de petite taille, la topographie n’explique pas certains aspects de la force militaire. À l’aune des modèles comme celui du royaume de Jérusalem ou encore Byzance, la structure de l’armée se met lentement en place à partir de 1192 pour atteindre son apogée au XIVe siècle. Cette armée possède des contingents spécialisés comme les archers ou les arbalétriers qui sont déployés sur les champs de batailles de la Syrie Palestine et d’Égypte au XIIIe siècle. Comme les Ordres Militaires et l’armée de Chypre combattent côte à côte, les deux structures s’influencent mutuellement. Guy de Lusignan aurait reproduit pour l’armée de Chypre, la composition de l’armée du défunt royaume de Jérusalem, créant ainsi une continuité avec ce dernier. Le suzerain conserve également certains aspects de l’armée byzantine, qui pourraient se manifester par la présence des turcoples dans son armée. L’ancien roi de Jérusalem ayant combattu à leurs côtés, il est possible qu’il entérine cette tradition du royaume de Jérusalem au sein de l’armée du royaume de Chypre. Cependant, les turcoples sont connus dès les premières croisades et sont décrits par les chroniqueurs Latins comme Albert d’Aix, qui les qualifie de « chevaliers de l’Empereur », ce qui tendrait à prouver que l’influence provient de Byzance. Les soldats sont soumis au régime des Assises de la Haute Cour quant à leurs soldes et à leurs obligations de service. Tout au long de la domination latine à Chypre, le paiement de la solde est effectué par les grands officiers militaires du royaume sous l’égide de la royauté. La royauté des Lusignan diversifie les moyens pour la défense de l’île. Les Lusignan créeront une marine militaire, dont les navires défendent les côtes. La conséquence de l’apogée de la flotte est la création d’un office d’amiral de Chypre. La défense du territoire s’effrite après l’occupation de Famagouste par les Génois en 1374. Cette conquête remet en cause l’intégrité du territoire et de sa défense, car l’île perd alors son statut de protecteur de la Terre sainte. La reconquête de Famagouste reste ensuite une idée fixe pour les rois de Chypre, qui entreprennent des campagnes successives dans ce but.

  • Titre traduit

    The Defence of Cyprus under the Frank Domination from 1192 until 1489


  • Résumé

    After settling on the island of Cyprus as the suzerain of the land in 1192, Guy de Lusignan first actions were to consolidate his authority and establish strong defences on his new holding. Cyprus has always been coveted and fought for: its geographical situation in the Mediterranean sea as well as its insularity provided a natural protection in front of its neighbours, but it never stopped the many attacks and raids. Ruling by the Byzantine empire until the VIIth century, the island is conquered by the Arabs in 645, and won back in 965 by Nicéphore II Bocas. Wars will be fought on the island during the VIIth century, but Cyprus will also be torn by revolts, particularly during the XIth century. Cypriots, Greeks for the most part, riot as a testimony of the bonds they feel for Byzantium and resent Isaac Comnène's usurpation in 1184. He will be the main cause of the war that will see Cyprus fall under Latin dominion in 1192. Even if the crusaders had already been using the island as a port of call since the XIth century, the island only became a part of the occidental geography from April to May 1192 when it was conquered by Richard Lion Heart. After a short and inadequate ruling from the Templars, the king Guy de Lusignan establishes a politic mostly focused on the defence of the island. This thesis aims to prove that military prerogatives in the hands of the Latin kings created a militarized strength with permanent characteristics, and utterly devoted to the royalty. Even if the island didn't endure wars on its own soil before the middle of the XII th century, and even if the kings hadn't to repress rebellions from non Latin population, Guy de Lusignan took all the necessary measures to insure a strong defence of the island shall any conflict arise. Laws and ordinances set by the suzerain will remain during the four centuries of Latin dominion. Army will be used as an integration tool for the Oriental minorities as well as the Greek population. This way royalty can accentuate its prestige among the indigenous populations. Guy de Lusignan will inspire from several sources to establish his military institution. One of those disputed models is revealed by the chronicler Leontios Machairas. According to Machairas, the island suzerain would have been inspired by Saladin to rule Cyprus and establish a feudal system, which main symbol is the tight bond between king and knights. This influence can be questioned by the contents of the letters described at great lengths by the chronicler, letters which hadn't been found anywhere else. Nevertheless the study of those letters reveals a lot of details on the feudal system established by Guy de Lusignan and shows the knowledge of the Greek chronicler of such a system. Feudal system hinges on the bonds between the king of Cyprus and his lieges. The king entrusts the military duties, the symbols of feudalism, to those lieges. The knights that came and settled on the island to answer Guy de Lusignan's calling will transmit their duties to their heirs, creating a perennial tradition. This inheritance of the military duties will allow for a greater stability in the army commands and a loyal nobility on which the king will lay to manage the army. When Guy de Lusignan access to the throne, he does everything he can to reinforce the status of the Latin. The Greek and indigenous population are extremely wary of the Templars but this distrust fades quickly when the king chooses to maintain the benefits of the Byzantine dominion. Army allows Indigenous and Greek to climb the social ladder but earning minor duties. During the XIVth century, a commoner with melkite ascent, Thebat Belfarage, will ascent to a very high ranking post, becoming Turcoplier. The design of the military fortifications will be thoroughly studied to demonstrate that some reinforcements as well and alterations or strengthening were undertaken in the very beginning of the Lusignan kings reign. The fortresses weren't only aimed on defence and were coveted by many wannabe conquerors. The kings named captains, lords, to rule and protect those fortresses in his name. During the war of the Ibelin and the Imperialists in the XII th century, the Cyprus king is still underage and can't command the fortresses. The Lord of Beyrouth will defend those in his name but later on won't relinquish those to the emperor Frederic II who claim them as a suzerain of Cyprus. Once it was conquered by Richard Lion Heart, the island became more involved with the Crusades, becoming a halt for the Latin armies. The Cyprus army will fight side by side with the Crusaders and is honoured by the various sovereigns of the armies. The wisdom and patience of the Cyprus rulers sometimes tempers the eagerness of the Crusaders stepping toes for the first time on the Holy Land. On the beginning of the XII th century, Cyprus kings become heavily involved by the papal authority in the defence and protection of the Holy Land. They will maintain this role until the fall of Saint Jean d'Acre in 1291, an event that will mark the end of crusades in Syria and Palestine. The Papal authority will nevertheless confirm the rulers of Cyprus as protectors of the Holy Land by sending them help and support. The Cyprus kings will keep this role and fight next to king Louis IX in 1249. The hopes of taking back Syria back from the Mameluks won't be forgotten and during the next century, king Peter the First will start another crusade. His feats will be highly praised by the knight Philippe de Mézières and his murder will start a great turmoil in Occident. Centralised military authority can suffer from kings being underage, poorly led regencies, or conquests. The consecutive conflicts of the XIV th century are a testimony of this fact, army is weakened due to missing a strong authority backing it up. The war against the Genovese see the army weakened, the king has had to recruit the masses to defend the military and civilian fortifications, something that had never happened before. The whole military institution crumbles during the XVth century after the defeat of king Janus against the Mameluks in 1426. During the XVth century, the island is torn by crisis as Jacques II and Charlotte de Lusignan wage war against each other despites being siblings, splitting the army as everyone take side for one or the other. What is the true nature of this army, backing up the island kings in their endeavours of Holy land reconquest during the late crusades? What are the characteristics of this permanent force, long before the first occidental armies? Even if the Lusignan were rulers of a small land, topography only can't explain all aspects of this militarized force. Like the models of Jerusalem or Byzantium, the army starts to structure itself slowly in 1192 to reach its zenith during the XIVth century. This army will possess specialized regiments of archers and marksmen which will be used on the battlefields of Syria Palestine and Egypt during the XIIth century. The Military order of the Temple and Cyprus army fight side by side and each influence the other. Guy de Lusignan has managed to mimic the structure of the defunct Jerusalem army, creating a continuity with this kingdom. The suzerain will also keep some of the aspects of the Byzantine army, like the turcoples in its ranks. The former ruler of Jerusalem having fought with them, it is quite possible that he was the one to introduce this tradition in the ranks of the Cyprus army. Yet, the turcoples have been known since the first crusades and are mentioned by Latin chroniclers like Albert d'Aix as being "Knights of the Emperor", a name that may indicate that this influence finds its roots in Byzantium. Soldiers in the army are following the rules of the Hight Court Assizes for their pay and service requirements. During all the domination of Cyprus by the Latin dominion, the soldier's wages will be paid by the high ranking military officers under ruling of the king. The reign of the Lusignan will see a diversification of the island defences. They will create a military marine corps, an army which will patrol and protect the coasts. At its peak, this endeavour will see the creation of a rank of Admiral of Cyprus. After the occupation of Famagouste by the Genovese in 1373, the whole structure will start to crumble. Being conquered like that has compromised the defence of the territory, the island losing its status of protector of the Holy Land. Recapturing Famagouste will become the main goal of the Cypriot kings, and will launch a succession of military campaigns to that purpose.