Les mutations d'une société et de son espace.Les transformations des agglomérations en Gascogne gersoise à la fin du Moyen Age

par Anaïs Comet

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Jean-Loup Abbé et de Nelly Pousthomis-Dalle.

Thèses en préparation à Toulouse 2 , dans le cadre de École doctorale Temps, Espaces, Sociétés, Cultures (Toulouse) , en partenariat avec France méridionale et Espagne. Histoire des sociétés du Moyen âge à l'époque contemporaine (Toulouse) (laboratoire) et de (TRACES) Travaux et Recherche Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés (laboratoire) depuis le 01-10-2011 .


  • Résumé

    La naissance des agglomérations médiévales intéresse les chercheurs depuis de nombreuses années, mais l’attention portée à leur évolution est assez récente. En Gascogne, la mise en place des villages au cours du Moyen Âge est bien connue. Cependant, les transformations de ces castelnaux, sauvetés ou encore bastides n’ont jamais fait l’objet d’une étude approfondie en dehors de quelques monographies. Le projet de thèse porte sur les transformations des agglomérations en Gascogne gersoise à la fin du Moyen Âge. La période retenue court du milieu du XIIIe au milieu du XVIe siècle. Les transformations concernent les phénomènes de rétraction (abandon de certains quartiers, fondation de forts villageois, …) et d’extension (nouveaux faubourgs, …), mais aussi de mutation (densification, reconstructions, mise en défense, …) de l’habitat. Cette étude historique repose sur une exploitation fine des sources planimétriques et écrites. Elle est menée parallèlement à un inventaire du bâti conservé le plus exhaustif possible (maisons, églises, fortifications) pour certaines agglomérations. Ce recensement du bâti est réalisé avec les méthodes de l’Inventaire général. Le questionnement porte sur l’urbanisme et la morphologie de ces transformations, mais l’homme et la société sont aussi au cœur d’un tel sujet. Les conséquences des transformations de l’habitat groupé sur la manière de vivre au village sont aussi interrogées, ainsi que les modalités d’occupation des nouvelles structures mises en place. Ce projet de thèse est inédit tant par le sujet traité que par la méthode employée. Les données produites permettent de réaliser non seulement une synthèse sur le sujet, mais aussi d’alimenter les bases de données de l’Inventaire général. Cette thèse est réalisée dans le cadre d’une convention CIFRE avec le service de la conservation départementale du Conseil général du Gers et en partenariat étroit avec le service connaissance du patrimoine de la Région Midi-Pyrénées.


  • Pas de résumé disponible.