Art et biotechnologies : interactions et enjeux.

par Ophélie Queffurus

Projet de thèse en Arts plastiques

Sous la direction de Leszek Brogowski et de Louise Poissant.

Thèses en préparation à Rennes 2 en cotutelle avec l'Université du Québec à Montréal , dans le cadre de École doctorale Arts, lettres, langues (Rennes) depuis le 15-11-2011 .


  • Résumé

    L'art produit-il une connaissance au même titre que la science ? La question n'est pas tranchée même s'il est reconnu de réelles connaissances scientifiques aux artistes. L'histoire des sciences montre la complexité de cette interrogation. Toutefois, il faudrait écrire l'histoire des rapports de l'art et de la science, en tenant compte des conditionnements idéologiques de ces deux domaines selon les contextes historiques changeant. Cette thèse se propose de contribuer à cette histoire en limitant l'objet de recherche aux pratiques artistiques à la lisière des biotechnologies, où paradigmes scientifiques, représentations philosophiques et principes épistémologiques subissent de nouveaux bouleversements que l'"art biotechnologique" va accentuer. Les "bioartistes", sont-ils chercheurs au même titre que les scientifiques ? La science et les biotechnologies n'ont-elles pas tendance à instrumentaliser l'art pour répondre à leurs propres objectifs ? Les "bioartistes" apportent-ils un regard neuf aux scientifiques ou sont-ils plutôt critiques sur le développement des sciences et de la société ? La méthode employée consiste à interroger les pratiques de collaborations entre artistes et chercheurs nous permettant d'obtenir un éclairage multidirectionnel de nos problématiques. Des collectifs tels que TC&A et AOO semblent en tout cas corroborer la thèse d'une mutation de la figure de l'artiste. Tel peut être le point de départ pour aborder la question de la recherche : la recherche artistique est-elle soluble dans la recherche scientifique ? Une complémentarité des deux est-elle envisageable et selon quelles modalités ?


  • Pas de résumé disponible.