Représentation du corps dans l'oeuvre arabe moderne poétique et esthétique d'un espace.

par Lila Kermas

Projet de thèse en Langues, civilisations et sociétés orientales

Sous la direction de Boutros Hallaq.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de Langage et langues : description, théorisation, transmission depuis le 23-11-2011 .


  • Résumé

    L’écriture du corps occupe une place privilégiée en littérature. Il est envisagé selon deux aspects, d’une part en tant que sujet de création littéraire et d’autre part en tant qu’objet d’écriture. Néanmoins, le corps est également espace d’écriture car il est le support des représentations individuelles et collectives. En effet, le corps porte la trace en ce sens qu’il peut constituer la mémoire du passé.Bien que le lieu privilégié quant à l’évocation du corps soit le théâtre, écrire sur le cops ou à propos du corps assure une fonction de médium artistique, une sorte d’aller-retour entre l’écrit et le visuel.Ce présent projet de recherche vise à réfléchir à l’exploration du corps dans l’espace textuel, notamment dans la littérature arabe moderne, dans ses processus d’évocation de l’espace pictural. L’intérêt de cette recherche est de mêler différentes approches pluridisciplinaires afin d’établir le dialogue qui existe entre la littérature et les arts visuels ou plutôt d’analyser les mécanismes mis en œuvre par l’écrivain dans un mouvement d’absorbation et de transformation, d’un sujet/objet d’écriture, à savoir le corps, pour en suggérer son image ou son absence.La littérature arabe moderne pose d’une façon pertinente la problématique du corps. Lequel est décrit autant comme incarnation concrète (entité physique) que comme idéologie (système de valeur). Ainsi selon les expressions employées par Marie-Madeleine Fragonard dans son ouvrage Corps sanglants, souffrants et macabre, le corps devient « […] métonymie ou métaphore de l’ordre du monde […] » en ce sens que l’écriture sur le corps implique une vision du monde.


  • Pas de résumé disponible.