Interdependence between Tones, Segments, and Phonation types in Shanghai Chinese : acoustics, articulation, perception, and evolution

par Jiayin Gao

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Pierre Hallé.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (....-2015 ; Paris) depuis le 06-09-2011 .

  • Titre traduit

    Interdépendance entre tons, segments et types de phonation en shanghaïen : acoustique, articulation, perception et évolution


  • Résumé

    Cette étude porte sur les corrélats phonétiques des registres tonals yin vs. yang du shanghaïen parlé dans la région urbaine de Shanghai. Nos investigations acoustique, articulatoire et perceptive ont montré qu’en dehors du F0, des indices multi-dimensionnels comme le voisement (voisé pour yang et non-voisé pour yin), le pattern de durée (ratio C/V bas pour yang et élevé pour yin), et le type de phonation (soufflé pour yang et modal pour yin) participent tous à la définition du registre tonal. Parmi tous ces indices, nous tâchons de distinguer les traits redondants liés aux effets coarticulatoires de ceux qui sont des survivants de changements diachroniques. En particulier, la voix soufflée qui accompagne les tons yang est un trait anciennement distinctif et aujourd’hui redondant, issu d’une évolution tonale qui est la transphonologization de distinction de voisement vers la distinction de registre tonal, ou « bipartition tonale ». Nous proposons que la perte d’un trait redondant issu d’un changement diachronique peut être très lente si ce trait ne contrarie pas les effets coarticulatoires et/ou si le trait a une fonction perceptive. En nous basant sur les données synchroniques des locuteurs de deux générations (20-30 ans vs. 60-80 ans), nous constatons une tendance vers la disparition de cette phonation soufflée. Nous constatons également une évolution plus avancée chez les femmes que les hommes de leur âge. Dans notre étude, nous essayons d’expliquer ce changement tant par des causes internes que par des causes externes.


  • Résumé

    This study bears on the phonetic correlates of the yin vs. yang tone registers of Shanghai Chinese as spoken in Shanghai urban area. Our acoustic, articulatory, and perceptual investigations showed that beside F0, multidimensional cues, such as voicing (voiced for yang vs. voiceless for yin), duration pattern (low C/V ratio for yang vs. high C/V ratio for yin), and phonation type (breathy for yang vs. modal for yin) enter in the specification of tone register. Among all these cues, we attempt to distinguish the redundant features related to coarticulatory effects from those that are remnants of diachronic changes. In particular, the breathy voice accompanying yang tones, which was a distinctive feature in a previous state of the language and has now become a redundant feature, arose from a tonal evolution, namely the transphonologization of a voicing contrast into a tone register contrast, that is, the “tone split.” We propose that the loss of a redundant arisen from a diachronic change may be very slow if that feature does not oppose to coarticulatory effects and/or if that feature has a perceptual function. Based on the synchronic data from the speakers of two generations (20-30 years vs. 60-80 years), we find a trend toward the loss of this breathy phonation. We also find that this evolution is more advanced in women than men of the same age. In our study, we try to explain this change by internal factors as well as by external factors.