L'influence de l'immigration sur le discours littéraire iranien : l'oeuvre de l'exilé Réza Ghasémi en regard de la littérature produite en Iran après la révolution Islamique.

par Azadeh Dalirnaghini

Projet de thèse en Langues, civilisations et sociétés orientales

Sous la direction de Jean-Patrick Guillaume.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de Langage et langues : description, théorisation, transmission depuis le 24-11-2011 .


  • Résumé

    L’immigration influence directement le discours littéraire: telle est l’hypothèse que nous nous efforcerons de vérifier. Les écrivains immigrés produisent des textes qui par leur structure et leur sens ne rentre entièrement ni dans le classement de la littérature de leur pays d’origine, ni dans celui de la littérature des pays d’accueil. Intertextuels, ces textes invitent le lecteur à une lecture ouverte et multiple.Nous nous efforcerons de comparer l’œuvre de Réza Ghasémi, auteur exilé en France mais continuant à écrire en persan, avec les discours élaborés dans les milieux littéraire iraniens d’Iran. Nous montrerons que le contexte politique, social et culturel, ainsi que les conditions de vie- très différentes en France et en Iran modèlent les discours littéraires, imposent des thèmes et des formes différentes dans les deux pays. Nous nous penserons tout particulièrement sur la question du «métissage littéraire» dans l’œuvre de Ghasémi et sur le traitement et la description du statut d’immigré et des bouleversements engendrés par l’immigration dans la vie et l’écriture de ces auteurs. Nous utiliserons pour ce faire les théories poststructuralistes de J. Kristeva et R. Barthes sur l’intertextualité et le texte. Notre corpus comprend les œuvres écrites en France par Ghasémi entre 1990 et 2010 et traduites en français ainsi qu’un choix de textes produits en Iran à la même époque.


  • Pas de résumé disponible.