Two-Way Immersion in Biel/Bienne, Switzerland : multilingual Education in the Public School Filière Bilingue (FiBi) : a Longitudinal Study of the Development of Languages of Schooling (French & (Swiss) German)

par Mélanie Buser

Thèse de doctorat en Sciences du langage, linguistique

Sous la direction de Jean-Paul Narcy-Combes.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de Langage et langues : description, théorisation, transmission depuis le 14-11-2011 .

  • Titre traduit

    Immersion réciproque à Biel/Bienne, Suisse : scolarisation en contexte plurilingue dans l'école publique Filière Bilingue (FiBi) : une étude longitudinale menée sur le développement des langues de scolarisation (français & (suisse) allemand)


  • Résumé

    La Filière Bilingue (FiBi), une école publique dont le concept repose sur l’enseignement par immersion réciproque, se trouve à la frontière linguistique, à Biel/Bienne. L’enseignement y est dispensé à parts égales en (suisse-) allemand et en français (Modèle 50/50) par des enseignant-e-s locutrices/locuteurs natives/natifs. Cette école, qui offre une alternative aux écoles avec une seule langue de scolarisation, promeut l’intégration des élèves francophones et germanophones, mais aussi d’enfants allophones ne partageant pas les deux langues de scolarisation. Elle favorise ainsi «le développement du bilinguisme et de la bi-littératie, en plus du niveau requis des savoirs disciplinaires et des compétences interculturelles de tous les élèves» (Christian 1994: 1). La présence d’élèves francophones, germanophones et allophones dans la même classe permet à ces apprenant-e-s, plurilingues en devenir, l’acquisition des deux langues de scolarisation en communiquant avec des locutrices/locuteurs natives/natifs et en valorisant leurs cultures respectives. Cette thèse se propose de documenter le développement des deux langues de scolarisation (français et (suisse-)allemand). La première partie de ce travail présente le cadre théorique. Après avoir donné la définition de quelques notions clés comme «langue», «bilinguisme vs. SLA», «plurilinguisme», «immersion (réciproque)» et «translanguaging», nous adopterons une perspective qui montre comment les plurilingues en devenir utilisent leur deux langues de scolarisation afin de communiquer de façon efficace. En faisant référence à une idéologie hétéroglossique, cette perspective plus holistique permettra d'analyser l'apprentissage des langues en tenant compte de l’interdépendance fonctionnelle des deux langues. Ceci constituera la base à travers laquelle nous analyserons les pratiques langagières des apprenant-e-s et les résultats d’interviews semi-dirigées et axées sur la performance conduites dans les deux langues de scolarisation (dix interviews au total). Dans la deuxième partie de notre travail, nous présenterons les données empiriques qui constituent notre corpus de référence et en proposerons une analyse. En ce qui concerne les données, notre choix s’est porté sur un corpus longitudinal qui a été récolté pendant quatre ans. Ce choix nous a paru le meilleur moyen pour décrire le processus dynamique de l’acquisition des deux langues (français et (suisse-) allemand). Quant à l’analyse des données, nous avons décidé de combiner deux approches complémentaires : l’analyse qualitative permettra de décrire de manière détaillée les stratégies du «translanguaging» (García, 2009) utilisées par les élèves, alors que l’analyse quantitative s’attachera à évaluer la capacité des apprenant-e-s «à utiliser la langue de façon communicative» (Bachman et Palmer, 2010) à différents moments de leur apprentissage. Dans la troisième et dernière partie, nous nous attacherons aux implications pédagogiques que ce type d’immersion suppose et que notre étude essaie de modéliser. En effet, il importe que les (futur-e-s) enseignant-e-s œuvrant dans ces écoles devraient bénéficient d’une formation adéquate se basant sur la professionnalisation de l’enseignement par immersion, autrement dit fondée sur la recherche et adaptée à la pratique. Le but sera de former des enseignant-e-s capables de soutenir le plus efficacement possible leurs élèves dans le processus de l’apprentissage intégré des savoirs discipinaires et linguistiques. Nous conclurons ce travail par une synthèse de l'étude et de ses principaux résultats et nous efforcerons de dégager des pistes intéressantes pour des projets de recherche ultérieurs.


  • Résumé

    The two-way immersion program Filière Bilingue (FiBi) is a choice-based educational alternative in a Swiss public school situated on the language border in Biel/Bienne. This two-way immersion program integrates French-speaking and German-speaking students and «strives to promote bilingualism and biliteracy in addition to grade-level academic achievement for all students» (Christian 1994: 1). The presence of approximately equal numbers of native speakers of both languages in the same class provides opportunities for students to communicate with native-speaker peers, creating linguistic and intercultural benefits for both groups. Moreover, each class is composed of one third of allophone students having neither French, nor (Swiss) German as an L1 (or L1s). The amount of instructional time is equal in the two languages of schooling at all grade levels (50/50 program model). The focus of this thesis is the emergent multilinguals’ development in their two languages of schooling (French and (Swiss) German). The first part is theory-driven and defines some basic notions such as «language», «bilingualism vs. SLA», «multilingualism», «(two-way) immersion» and «translanguaging», resulting in the proposition to approach the emergent multilinguals’ proficiency outcomes from the perspective of what speakers do with the two languages of schooling in order to communicate efficiently and effectively. Considering multiple language practices in functional interrelationship can be referred to as a heteroglossic language ideology. Adopting thus a more holistic view on multilingual development forms the basis for the analysis of the outcomes of semi-structured and performance-oriented interviews – conducted with the emergent multilinguals in their two languages of schooling at five points in time (ten interviews in total). In the second part, an empirical study with data from our corpus – collected over a period of four years - is presented. Two approaches are combined for the analysis of data: whereas the qualitative analysis shows some illustrative examples of the learners’ translanguaging strategies (García, 2009), the quantitative analysis focuses on the measurement of their ability «to use language communicatively» (Bachman and Palmer, 2010). In lieu of measuring a current level of achievement in the learners’ two languages of schooling, process measures provide a broader picture, including variations in performance from a longitudinal perspective and documenting the emergent multilinguals’ dynamic process of becoming proficient in their two languages of schooling. In part three, major findings and limitations of the study are presented, including pedagogical implications resulting from the outcomes of this study. We conclude that practicing and future teachers of immersion schools need an appropriate teacher education with focus on the professionalization of two-way immersion education. This research-based and practitioner-informed teacher training should aim to train teachers who are able to best support emergent multilinguals in their process to learn content by means of two languages of schooling. The conclusion presents a summary of our study and suggests further possible research projects.