L’invention et la diffusion de l’éclairage public en France au XVIIIe siècle

par Sophie Reculin

Projet de thèse en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Catherine Denys.

Thèses en préparation à Lille 3 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord) depuis le 01-10-2011 .


  • Résumé

    La thèse vise à reconstituer les conditions de l’installation et du développement de l’éclairage public dans les villes de France au XVIIIIe siècle, sujet inédit à l’échelle nationale. L’éclairage public de Paris est mis en place en 1667 par Louis XIV, qui décide ensuite, par l’édit du 25 juin 1697, de l’instaurer dans les principales villes de province. La réception varie selon les lieux, les villes des régions septentrionales se distinguant par la précocité d’expériences venues des territoires voisins. D’abord contesté et souvent abandonné après quelques années de fonctionnement difficile, l’éclairage public est relancé dans les années 1770, lorsque l’illumination devient une marque d’urbanité. A partir de l’abondante documentation des archives municipales, départementales et nationales, la thèse étudiera les évolutions techniques de l’éclairage (notamment la « révolution du réverbère ») et les débats qui les accompagnent ; les conditions économiques, financières et sociales de cette innovation (régies municipales, contrats avec les entrepreneurs, recours aux experts, circulation des expériences, phénomènes de concentration autour de l’entreprise Tourtille-Sangrain, professionnalisation et féminisation des allumeurs de lanternes) ; et enfin la « révolution culturelle » (D. Roche) produite par l’éclairage public dans les usages vespéraux et nocturnes de la ville. La thèse se propose donc comme un objet d’histoire urbaine globale aux résonances possibles dans le présent.


  • Pas de résumé disponible.