Le Trésor des Jésuites : représentation, sécularisation et administration des biens de la compagnie de Jésus en France et dans les Pays-Bas autrichiens (1762-1814)

par Alexandra Fruchart

Projet de thèse en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Marie-Laure Legay.

Thèses en préparation à Lille 3 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord) depuis le 01-10-2011 .


  • Résumé

    En 1762, les jésuites sont expulsés de France. C'est le début d'une longue épreuve marquée par les expulsions, l'exil ou encore la suppression de la Compagnie de Jésus par le Pape. Alors que la plupart des travaux menés dans le prolongement de l'analyse Dale Van Kley se sont surtout attachés à repérer les causes de leur éviction, cette étude a pour objet la sécularisation de leurs biens, procédure qui a servi d’antécédent, en France et en Autriche (Pays-Bas autrichiens) à une nationalisation plus générale des biens d’Eglise. Ainsi, dans le contexte d’anticléricalisme des Lumières et de dénonciation de la richesse de l’Eglise, cette étude veut ici construire une histoire de la représentation de la richesse des Jésuites et la confronter à l’état effectif de leurs biens. Ajoutons également que la dissolution des Jésuites donna lieu à la formation de diverses caisses pour les biens de la compagnie sous séquestre. En d'autres termes, quelle a été la gestion technique de ces biens ? Enfin, dans la perspective d’une histoire culturelle, ce sujet invite à considérer l’intégration des biens séquestrés des Jésuites dans le patrimoine culturel de la Nation. Se trouve-t-on en présence d'un paradoxe à savoir celui d'une participation de cet ordre religieux supranational à la culture « nationale » par le biais de l'intégration du patrimoine des collèges notamment ? Ou alors, loin d'être une « nationalisation », la confiscation des biens des Jésuites conduit-elle à une « privatisation » de ceux-ci en disparaissant dans les collections privées ? Notons que dans la mesure du possible, l’étude s’étendra jusqu’au retour des Jésuites (1814-1820).


  • Pas de résumé disponible.