La phénoménologie du corps et de l'intersubjectivité incarnée chez Gabriel Marcel et Merleau-Ponty

par Gül Cevahir Sahin

Thèse de doctorat en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Jean-François Courtine.

Thèses en préparation à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) depuis le 01-12-2002 .


  • Résumé

    La voie ouverte par Husserl a profondément modifié l’image et l’importance de la question du corps dans l’histoire de la philosophie. Elle a été suivie en France notamment par Marcel et Merleau-Ponty. C’est dans ce cadre phénoménologique qu’ils élaborent la question du corps et de l’intersubjectivité. Cette question est analysée dans l’oeuvre de Merleau-Ponty et Marcel. Pour ces deux philosophes, le corps n’est pas une chose ni une somme d’organes, mais un réseau de liens, ouvert au monde et aux autres. Le corps et le monde sont inséparables. La question du monde comme problème phénoménologique ouvre le champ de recherche vers le corps et vers les autres. Le monde est le lieu où se nouent la corporéité et l’altérité. Les analyses du corps propre renvoient chaque fois au corps de l’autre, aussi bien dans les études du toucher, de la sexualité, que dans celles de la parole. Autrui y apparaît comme corps, l’intersubjectivité devient intercorporéité.

  • Titre traduit

    The phenomenology of the body and of intersubjectivity in the work of Gabriel Marcel and Merleau-Ponty


  • Résumé

    The path pioneered by Husserl deeply modified the image and the importance of the question of the body in the history of philosophy. In France, it has been followed in particular by Marcel and Merleau-Ponty. It is within this phenomenological framework that they develop the question of the body and its intersubjectivity. This question is analyzed in the work of Merleau-Ponty and Marcel. For these two philosophers, the body is neither a thing nor a sum of organs, but a network of bonds, open to the world and to others. The body and the world are inseparable. The question of the world as phenomenological problem opens up the field of research to the body and to others. The world is the place where corporeity and otherness come together. Analyses of the body-subject refer consistently to the body of the other, be they in the studies of touch, sexuality, or speech. The other appears as a body, and intersubjectivity becomes intercorporeity.